Le PDG d'Orange devrait se rendre en Israël pour s'expliquer-PM

lundi 8 juin 2015 06h01
 

JERUSALEM, 8 juin (Reuters) - Le PDG d'Orange Stéphane Richard devrait se rendre en Israël pour s'expliquer sur ses remarques "hostiles" évoquant la fin des accords du groupe français avec un opérateur local, selon le texte d'un discours prononcé dimanche par le Premier ministre du pays Benjamin Netanyahu.

Le gouvernement israélien a protesté cette semaine après l'annonce, faite par Stéphane Richard depuis Le Caire, de son intention de mettre un terme à un accord de licence avec Partner Communications, s'exposant à l'accusation d'avoir cédé à des pressions en faveur d'un boycott des intérêts d'Israël.

Soucieux de mettre un terme à la polémique, Stéphane Richard a démenti dimanche prôner le boycott d'Israël après avoir dit la veille qu'Orange n'avait aucune intention de quitter le pays.

Malgré ces propos conciliants, Benjamin Netanyahu a, selon des sources diplomatiques, ordonné à l'ambassadeur israélien à Paris de ne pas donner suite à la requête d'audience de Stéphane Richard.

"S'il veut s'expliquer, il peut venir le faire en Israël", a dit une source, citant le Premier ministre israélien.

Orange, détenu à 25% par l'Etat français, n'a pu être joint dans l'immédiat pour un commentaire.

A l'occasion d'un discours tenu lors d'une conférence organisée par le Jerusalem Post, Benjamin Netanyahu a décrit les déclarations de Stéphane Richard comme faisant partie d'une "campagne orchestrée au niveau mondial pour délégitimer Israël".

Le cabinet du Premier ministre israélien précise que ce dernier s'est également entretnu avec François Hollande, notant que le Président français avait réaffirmé "l'opposition (de la France) à des boycotts d'Israël tout en exprimant le désir de préserver les relations économiques entre les pays.

Des organisations de défense des droits de l'homme ont demandé au gouvernement français de cesser toute relation économique avec les colonies israéliennes dans les territoires occupés, mentionnant spécifiquement l'accord qui lie Orange et Partner Communications. (Dan Williams, Benoit Van Overstraeten pour le service français)