Belvédère risque une prise de contrôle rampante, avertit l'Adam

vendredi 5 juin 2015 17h12
 

* Diana Holdings veut la majorité au conseil d'administration

* Pour Colette Neuville, Diana Holdings doit en payer le prix

* L'AG du 30 juin sera décisive

par Pascale Denis

PARIS, 5 juin (Reuters) - Belvédère risque une prise de contrôle rampante par le concert formé de Diana Holdings et Castel, qui détient 22,97% du capital du groupe mais réclame la majorité au conseil d'administration, estime Colette Neuville, présidente de l'Association pour la défense des actionnaires minoritaires (Adam).

Diana Holdings, qui détient 17,31% du capital du groupe de spiritueux (Marie Brizard, William Peel, Sobieski), a réclamé la démission de quatre administrateurs indépendants, dont celle du président du conseil, et la constitution d'un nouveau conseil de huit membres comportant quatre représentants du concert constitué avec Castel.

Avec les droits de vote double dévolus à la présidence du conseil, qui serait assumée par Rita Maria Zniber, PDG de Diana Holdings, le conseil de Belvédère serait de fait contrôlé par le groupe agroalimentaire marocain.

"Il faut que les actionnaires se mobilisent pour éviter une prise de contrôle rampante de la société", a déclaré à Reuters Colette Neuville, précisant avoir été mandatée par certains d'entre eux pour "faire en sorte que des actionnaires minoritaires ne prennent pas le contrôle de l'entreprise sans en payer le prix".

Les quatre administrateurs indépendants, dont la démission a été réclamée par Diana Holdings - Benoît Hérault, président du conseil, Christine Mondollot, Constance Benqué et Benoît Ghiot - ont réagi en remettant leur mandat en jeu lors de l'assemblée générale du 30 juin.   Suite...