Stournaras rappelle à Tsipras les "sacrifices" des Grecs

mardi 2 juin 2015 13h44
 

LONDRES, 2 juin (Reuters) - Le gouverneur de la banque centrale grecque a appelé mardi le gouvernement d'Alexis Tsipras à assurer le maintien du pays dans la zone euro et à ne pas gâcher les "énormes sacrifices" consentis par la population ces dernières années.

Yannis Stournaras a également estimé qu'Athènes et ses créanciers n'étaient "pas très loin" d'un accord.

"Personne ne détient un mandat pour faire sortir le pays de la zone euro (...) Je suis donc très optimiste dans le fait que le Grexit n'aura pas lieu", a-t-il dit lors d'un débat organisé à Londres par le cercle de réflexion Chatham House.

Il a rappelé que de récentes études d'opinion montraient que 80% des Grecs souhaitaient rester dans la zone euro et que 65% d'entre eux se disaient disposés à faire des efforts supplémentaires pour y parvenir.

"Nous avons besoin d'un système politique qui assume ses responsabilités et respecte les sacrifices effectués jusqu'à présent par la population", a-t-il ajouté.

"La dégradation du niveau de vie de l'ordre de 35% est très inhabituelle pour un pays de l'OCDE, il s'agit donc d'un énorme sacrifice du peuple grec, consenti pour que la Grèce soit viable et reste dans la zone euro. Je pense donc que le système politique devrait respecter cela."

Evoquant les négociations en cours entre Athènes et ses créanciers, il a plaidé pour un "compromis équitable", ajoutant: "Je crois que le principal catalyseur (d'un compromis) consiste à viser un excédent primaire plus raisonnable à l'avenir, en échange de plus de changements structurels".

"La Grèce n'a pas besoin de nouvelles hausses des impôts, mais il y a tellement d'exemptions en Grèce, à la fois dans le domaine fiscal et dans celui de la sécurité sociale", a-t-il expliqué.

"En supprimant ces exemptions qui, soit dit en passant, ne profitent pas aux gens les moins privilégiés, nous pouvons parvenir à un compromis. A mon avis, le compromis n'est pas très loin", a-t-il ajouté.

(Marc Jones et John Geddie, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)