IMAX China prépare son IPO pour profiter du boom du cinéma en Chine

vendredi 29 mai 2015 12h11
 

HONG KONG, 29 mai (Reuters) - IMAX China Holding, propriété de l'équipementier du cinéma éponyme, a déposé son dossier d'introduction en Bourse de Hong Kong, voulant tirer parti de l'explosion de l'industrie du cinéma dans la deuxième économie mondiale.

L'introduction en Bourse d'IMAX China, dont on ne connaît pas encore le montant, serait la première d'une grande marque internationale à Hong Kong depuis 2011, lorsque des sociétés telles que Prada, Samsonite International et MGM China Holdings lancèrent leur propre IPO.

D'autres marques connues sont sur les rangs après IMAX, telles que Yum Brands, qui se proposent de scinder leur filiale chinoise.

IMAX China était valorisée 400 millions de dollars lorsque IMAX Corp avait vendu en avril 2014 une participation de 20% pour 80 millions de dollars aux fonds de capital investissement CMC Capital Partners et FountainVest Partners.

La société a noué des liens étroits avec Wanda Cinema, premier exploitant de salles en Chine qui représente près de la moitié des salles IMAX en Chine et près du quart du chiffre d'affaires d'IMAX dans ce pays.

L'action Wanda Cinema Line a vu son cours multiplié par près de neuf depuis son IPO en Bourse de Shenzhen début janvier.

IMAX China représentait un réseau de 239 salles en Chine continentale fin mars et comptait en bâtir encore 219, dont 174 entre 2015 et 2018, lit-on dans son document d'IPO.

L'industrie chinoise du cinéma a connu une croissance annuelle de l'ordre de 31% de 2010 à 2014 et le rythme de croissance pourrait accélérer à 35,2% sur la période 2014-2018, à la faveur d'une hausse de la population citadine et du revenu disponible, estime IMAX China.

De ce fait, la Chine pourrait dépasser les Etats-Unis au "box office" en 2017 avec des recettes en salles de 11,7 milliards de dollars contre 11,3 milliards pour les USA.

IMAX Corp a dégagé un bénéfice de 22,6 millions de dollars en 2014 et réalisé un chiffre d'affaires de 78,2 millions contre 17,4 millions et 55,9 millions respectivement en 2013.

(Elzio Barreto, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)