L'inflation ne décolle pas au Japon, les ménages dépensent moins

vendredi 29 mai 2015 02h45
 

par Leika Kihara

TOKYO, 29 mai (Reuters) - L'inflation de base a à peine progressé sur un an en avril au Japon mais les dépenses des ménages se sont contractées de manière inattendue sur la même période, ce qui fragilise le scénario défendu par la Banque du Japon (BoJ) d'une reprise régulière de l'activité permettant de redresser l'inflation vers son objectif de 2% par an.

Selon les données publiées vendredi par le gouvernement, l'indice d'inflation de base, qui inclut les prix du pétrole mais exclut les prix des produits alimentaires frais, a augmenté de 0,3% en rythme annuel, contre une prévision médiane des économistes interrogés par Reuters de 0,2%.

En excluant les derniers effets de la hausse de la TVA intervenue en avril 2014, la progression de cet indice d'inflation de base a été nulle sur un an. Selon les calculs de la BoJ, cette hausse de la TVA a encore contribué à hauteur de 0,3 point à l'inflation de base en avril 2015, certaines entreprises ne l'ayant répercutée sur leurs prix qu'en mai de l'année dernière.

Les économistes s'attendent à ce que, sur un an, les prix à la consommation restent stables voire baissent légèrement jusqu'en juillet ou août en raison de l'effondrement des cours du pétrole intervenu à partir de l'été 2014.

Un autre nuage a un peu plus assombri vendredi les perspectives de redressement de la troisième économie mondiale avec la contraction de 1,3% sur un an des dépenses des ménages en avril, alors qu'une hausse de 3,1% était attendue.

Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, a prévenu qu'il serait attentif à l'impact de l'évolution des cours du pétrole sur l'inflation et qu'il envisagerait un nouvel assouplissement de la politique monétaire de la BoJ seulement si des facteurs de risques menaçaient d'entraver la hausse attendue des salaires due à la reprise économique.

Certains banquiers centraux craignent toutefois un scénario dans lequel une inflation de base durablement faible pèserait sur les prévisions d'inflation et amènerait les consommateurs à reporter leurs achats.

L'économie du Japon a connu au premier trimestre sa plus forte croissance en un an après avoir traversé en 2014 une période de récession due en partie à l'impact plus puissant que prévu de la hausse de la TVA.

La Banque du Japon a repoussé son objectif d'une inflation à 2% et s'attend désormais à l'atteindre aux alentours du mois de septembre 2016. Ses détracteurs pensent que ce nouveau calendrier demeure trop ambitieux et ils s'attendent à la voir assouplir à nouveau sa politique monétaire d'ici la fin de l'année.

A rebours des chiffres de l'inflation et des dépenses des ménages, la production industrielle du Japon a progressé de 1,0% en avril, sa première hausse en trois mois, et le taux de chômage a reculé à 3,3% après 3,4% en mars. Les économistes s'attendaient à une production industrielle en hausse de 0,8% et à un taux de chômage à 3,4%. (Bertrand Boucey pour le service français)