La médiatrice de l'UE interroge la BCE sur sa communication

jeudi 28 mai 2015 17h45
 

FRANCFORT, 28 mai (Reuters) - La médiatrice de l'Union européenne a demandé des explications à la Banque centrale européenne (BCE) sur les déclarations de l'un de ses responsables à un petit groupe de fonds d'investissement au sujet des achats d'actifs de l'institution sur les marchés, qui ont donné à son auditoire quelques heures d'avance sur le reste des investisseurs.

Benoît Coeuré, l'un des membres du directoire de la BCE, a déclaré le 18 mai lors d'un dîner à Londres auquel assistaient des dirigeants de "hedge funds", des universitaires et des banquiers que la banque centrale allait accélérer ses achats d'obligations d'Etat au cours des prochaines semaines.

Si l'heure précise à laquelle Benoît Coeuré a dévoilé les informations sur l'accélération des achats d'actifs n'a pas été déterminée avec précision, les données de marché disponibles montrent que l'euro a nettement reculé face au dollar au moment de la réunion à laquelle il participait, sans que ce mouvement puisse s'expliquer.

Le lendemain, lorsque le texte de son intervention a été publié sur le site internet de la BCE, l'euro a de nouveau cédé du terrain tandis qu'actions et obligations progressaient.

Dans une lettre au président de la banque centrale Mario Draghi, la médiatrice de l'UE, Emily O'reilly, demande "un compte-rendu détaillé de l'incident" et l'appelle à exposer les "mesures qu'elle a adoptées pour éviter qu'un incident similaire se reproduise à l'avenir".

La réponse de la BCE, ajoute-t-elle, devra être rendue publique dans un délai de deux semaines.

La médiatrice de l'UE, dont les attributions lui permettent de mener des enquêtes sur des cas de "mauvaise administration dans les institutions et organes de l'Union", ne peut théoriquement pas exiger une réponse mais le fait que sa demande soit publique met la pression sur l'institution basée à Francfort.

"La BCE répondra à la médiatrice et notre réponse sera publique", a assuré un porte-parole jeudi.

La banque centrale a déjà expliqué la semaine dernière que le retard entre l'intervention de Benoît Coeuré et sa publication était le résultat d'une "erreur de procédure". Elle a depuis mis fin à tout envoi sous embargo à la presse des discours de ses dirigeants.   Suite...