Athènes pourrait gagner du temps si un accord est en vue-sources

mardi 26 mai 2015 17h40
 

par Jan Strupczewski

BRUXELLES, 26 mai (Reuters) - La Grèce pourrait éviter d'avoir à rembourser le Fonds monétaire international (FMI) dès le 5 juin et gagner encore un peu de temps pour négocier un accord, sans se placer en défaut de paiement, si elle regroupe toutes ses échéances de juin et les honore à la fin du mois, ont déclaré mardi des responsables.

La Grèce doit rembourser 300 millions d'euros au FMI le 5 juin, la première des quatre échéances du mois de juin qui représentent au total 1,6 milliard d'euros.

Plusieurs membres du gouvernement grec ont dit ouvertement que l'Etat n'avait pas les moyens de rembourser le FMI sans aide supplémentaire de la zone euro, qui refuse de son côté de verser une nouvelle tranche d'aide au pays si Athènes ne s'engage pas sur un certain nombre de réformes.

"Il y a la possibilité de regrouper plusieurs versements que la Grèce aurait besoin de faire auprès du FMI dans le courant de juin et ensuite de faire un seul versement", a dit un responsable de la zone euro proche des négociations avec Athènes.

Un deuxième responsable proche des négociations reconnaît cette option.

"C'est tout simplement une opération technique de trésorerie et ils pourraient dire au FMI que c'est comme cela qu'ils veulent procéder et le FMI serait probablement d'accord", souligne le premier responsable.

Un porte-parole du gouvernement grec a écarté lundi l'éventualité de regrouper les versements et le ministre des Finances, Yanis Varoufakis, s'est dit certain qu'un accord interviendrait d'ici le 5 juin.

Les responsables notent que la Grèce ne pourrait avoir recours à versement groupé qu'à condition qu'il y ait un perspective crédible d'accord de financement qui pourrait être communiqué au marché et aux citoyens. Sinon, le fait de faire l'impasse sur un remboursement pourrait déclencher un mouvement de panique sur les marchés et de retraits massifs de dépôts bancaires.   Suite...