La Grèce doit travailler intensivement avec ses créanciers-Merkel

vendredi 22 mai 2015 09h00
 

RIGA, 22 mai (Reuters) - La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré vendredi que la Grèce avait besoin de travailler intensivement avec ses créanciers, en y mettant beaucoup d'efforts, avant qu'un accord puisse être conclu.

Le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, qui rencontraient jeudi soir à Riga le Premier ministre grec Alexis Tsipras, lui ont rappelé la nécessité d'en faire davantage pour obtenir les financements indispensables pour éviter un défaut.

"Cela a été un échange très amical, constructif, mais il est clair qu'il faut plus de travail avec les trois institutions (Union européenne, Fonds monétaire international (FMI) et la Banque centrale européenne (BCE)). Il y a beaucoup à faire", a-t-elle dit à la presse.

"La France et l'Allemagne ont proposé à la Grèce et au Premier ministre grec de répondre présent dès qu'il y aura des questions à débattre, une aide à apporter, mais l'accord doit être conclu avec les trois institutions et il y a besoin d'un travail très, très intense."

Le porte-parole du gouvernement grec a déclaré vendredi de son côté que la Grèce comptait boucler un accord avec ses créanciers dans les dix jours à venir et a l'intention de rembourser toutes ses échéances du mois de juin. (Alastair Macdonald, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)