** LE POINT SUR LES MARCHÉS à l'ouverture des Bourses en Europe **

jeudi 21 mai 2015 09h58
 

PARIS, 20 mai (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en recul, dans le sillage des Bourses asiatiques et de Wall Street, alors que la publication du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine n'a pas modifié les attentes des investisseurs sur le calendrier du relèvement des taux.

À Paris, l'indice CAC 40 abandonne 0,34% à 5.115,69 points vers 07h50 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,65% et à Londres, le FTSE est stable (+0,02%).

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,51% et le FTSEurofirst 300 de 0,37%.

Selon les premières estimations des indices PMI Markit, le secteur privé français a connu en mai son quatrième mois consécutif de croissance de l'activité, grâce au secteur des services et la contraction du secteur manufacturier s'est avérée la plus faible depuis un an.

En revanche, en Allemagne, le secteur privé a vu sa croissance ralentir pour le deuxième mois consécutif.

Ces chiffres sous les attentes ont brièvement fait refluer l'euro face au dollar, le faisant passer de 1,1143 après la parution des chiffres français à 1,1108 après la publication des données allemandes. Il évolue néanmoins en hausse face au billet vert après plusieurs séance de nette baisse.

"(Il y a) quelques inquiétudes sur le fait que le redressement récent observé dans certaines données (macroéconomiques) du T1 pourraient commencer à se stabiliser au T2", estime Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Aux valeurs, les minières dominent les hausses de l'Eurofirst 300. Les titres Rio Tinto, BHP Billiton et Anglo American progressent chacun d'environ 1,5% après la parution d'un nouvel indicateur mitigé sur l'économie chinoise, qui soutient également les futures sur le cours du cuivre à la Bourse des métaux de Londres.

La première estimation de l'indice PMI HSBC/Markit suggère que l'activité manufacturière s'est encore contractée en mai en Chine, ce qui renforce l'opinion des analystes concernant la nécessité pour le gouvernement de prendre de nouvelles mesures de stimulation face au ralentissement de la deuxième économie du monde.   Suite...