France-La violente remontée des taux a freiné les fonds en avril

mercredi 20 mai 2015 16h00
 

* Forte hausse des taux en zone euro à partir de mi-avril
    * Gain ramené à 4,2% sur janvier-avril pour les fonds
obligataires

    par Alexandre Boksenbaum-Granier
    PARIS, 20 mai (Reuters) - Les fonds commercialisés en France
ont marqué le pas en avril, freinés par les gestions
obligataires et la violente remontée des taux intervenue durant
la deuxième moitié du mois malgré les mesures prises par la
Banque centrale européenne.
    La BCE a lancé fin janvier un programme d'assouplissement
quantitatif (QE) passant par des achats d'obligations d'Etat qui
doit lui permettre d'injecter 60 milliards d'euros dans
l'économie chaque mois jusqu'en septembre 2016. 
    Cette mesure a accentué la baisse des rendements des
obligations souveraines de la zone euro, le taux à 10 ans de
l'emprunt d'Etat allemand tombant même à un plus bas
le 17 avril à 0,049%, et aux actions de la région d'enregistrer
leur meilleur premier trimestre depuis 1998.
    Toutefois sur les deux dernières semaines du mois d'avril,
les rendements obligataires sont violemment remontés, entraînant
une baisse des Bourses dans leur sillage.
    Graphique de l'évolution des rendements obligataires:
    bit.ly/1efgakC
        
    "La hausse des taux en zone euro et la pentification de la
courbe de rendement fin avril ont été soudaines et violentes.
Pourtant, aucun élément fondamental nouveau ne justifie une
telle inversion de tendance", constate dans son dernier bulletin
mensuel CPR AM.
    "Il a suffi d'une émission mitigée d'une obligation cinq ans
allemande pour déclencher des ventes désordonnées à un moment où
les investisseurs avaient accumulé des positions longues sur les
obligations très consensuelles", explique la société de gestion.
    
    "IRONIE"
    Pour autant, jugent les gérants, la remontée des taux, aussi
violente fut-elle, n'a rien d'aberrant au regard de
l'amélioration conjoncturelle en Europe et de la mise en place
du programme de la BCE, dont la taille a fait craindre un
déficit d'offre.
    "Des prises de profit, des valorisations tendues, la hausse
des prix du pétrole et un affaiblissement des craintes
déflationnistes font partie des facteurs le plus souvent cités
pour expliquer le mouvement", commente dans une note stratégique
Amundi.
    "Ironie du sort, la rapidité et la force du recul des
rendements des emprunts d'Etat des pays du coeur poussent
certains à s'interroger sur la viabilité de l'assouplissement
quantitatif", remarque la société de gestion.
    Mario Draghi a toutefois assuré la semaine dernière que
l'institution qu'il préside réaliserait entièrement son QE avant
que d'autres responsables de la BCE indiquent ce mardi que la
banque centrale pourrait aller plus loin dans sa politique de
soutien, dopant du même coup la confiance des investisseurs.
    Parallèlement aux tensions sur les marchés obligataires
observées à partir de mi-avril, les gestions spécialisées dans
ces titres ont vu leur gain ramener à 4,2% sur les quatre
premiers mois de l'année, contre +6,4% au premier trimestre,
montrent les données de Lipper, filiale de Thomson Reuters.
    Les fonds investis en obligations souveraines de la zone
euro ont même ralenti de +3,4% au premier trimestre à +0,9% sur
janvier-avril.
    Dans leur sillage, la progression des gestions
commercialisées en France s'est réduite à +8,7% (+10% au premier
trimestre) malgré la résistance des fonds actions (+13,6% contre
+14,8%).
    Les performances relevées le mois dernier ne s'étaient
néanmoins pas encore répercutées dans les souscriptions du mois
d'avril, les fonds obligataires de droit français ayant collecté
1,7 milliard d'euros pendant que les gestions actions
subissaient 1,8 milliard d'euros de sorties, selon un extrait de
la dernière note mensuelle d'EuroPerformance.
    Au total, l'ensemble des fonds français a collecté 25,4
milliards d'euros le mois dernier, soutenu par les gestions de
trésorerie (23,8 milliards d'euros de souscriptions).
    
    
    TABLEAU DE LA PERFORMANCE DES FONDS À FIN AVRIL
 Catégorie    Nombre  YTD    T1     Sur un an  Volatilité
 d'actifs                           glissant   sur 3 ans
  -----------------------------------------------------
 Alternatifs     641   2,27   3,22       5,03        9,96
 Obligataire   1.922   4,21   6,39      11,62        4,91
 Matières         39   2,76   0,88     -12,03       11,08
 premières                                     
 Actions       3.827  13,59  14,78      24,58       13.65
 Diversifié    1.634   7,09   7,98      11,84        6,50
 Monétaire       449   1,37   2,29       4,06        1,56
 Autre            36   4,82   5,87       6,26       10,84
 Immobilier        1   0,00   0,00     -34,78       17,33
  -----------------------------------------------------
 Total         8.549   8,66   9,96      16,46        9,45
    
    Source : Lipper IM
    (A l'exception du nombre de fonds, les données sont en %)

    * Le POINT sur la gestion d'actifs en France 
    

 (Edité par Dominique Rodriguez)