LEAD 1-Rafale-Dassault augmentera sa production avec un 3e contrat

mercredi 13 mai 2015 15h33
 

* Le groupe doit finaliser un contrat en Inde pour 36 appareils

* Dassault se dit en mesure de doubler sa production (Actualisé avec nouvelle déclaration, précisions)

PARIS, 13 mai (Reuters) - Dassault Aviation augmentera la production de l'avion de combat Rafale s'il parvient à obtenir un troisième contrat à l'export, a déclaré mercredi son PDG, Eric Trappier.

Au début du mois, la France a signé avec le Qatar un contrat portant sur la vente de 24 Rafale, faisant suite à l'accord conclu en février avec l'Egypte pour un nombre d'appareils identiques. Un troisième contrat avec l'Inde, portant sur 36 avions, doit encore être finalisé.

"Il y a toujours une chaîne de production mais on augmentera les cadences si jamais on a un troisième contrat (à l'export, NDLR)", a déclaré à des journalistes Eric Trappier en marge de l'assemblée générale de Thales.

"Pour l'instant on a les deux premiers contrats (Egypte et Qatar) qui s'inscrivent dans la chaîne de fabrication du Rafale telle qu'elle est aujourd'hui parce que la France substitue les avions français par les avions d'export", a-t-il ajouté.

Dassault Aviation produit actuellement 11 Rafales par an.

"Les Indiens ont dit qu'ils étaient pressés d'acheter le Rafale et que dans une structure accélérée de gouvernement à gouvernement, de gré a gré, ils en prennent déjà 36. Après on verra", a dit Eric Trappier, sans indiquer quand une signature pourrait avoir lieu.

Dassault Aviation continue de négocier la vente de Rafale avec d'autres pays, notamment avec les Emirats arabes unis. Eric Trappier a cependant refusé de commenter l'état des discussions.

Pressé de dire si une augmentation de cadence pour le Rafale nécessiterait des investissements industriels, le PDG de Dassault Aviation a estimé que ces investissements seraient "très légers" et a précisé que son groupe avait la capacité de doubler sa production "sans problème." (Tim Hepher, Alexandre Boksenbaum-Granier pour le service français, avec Matthias Blamont, édité par Jean-Michel Bélot)