Ryanair n'a pas renoncé aux vols transatlantiques

mercredi 13 mai 2015 15h10
 

MARIGNANE, Bouches-du-Rhône, 13 mai (Reuters) - Ryanair envisage toujours de relier des villes européennes aux Etats-Unis, des liaisons transatlantiques qui seraient opérées par une filiale de la compagnie aérienne à bas coûts irlandaise, a déclaré mercredi le responsable ventes et marketing de la société.

"Les vols long courrier restent d'actualité. On travaille sur un nouveau modèle économique viable à travers un projet qui consiste à relier 12 villes européennes à 12 villes américaines", a déclaré Yann Delomez en marge d'un point presse pour fêter le dix millionième passager de la compagnie sur la plateforme de l'aéroport Marseille-Provence.

"Ces liaisons seraient opérées par une filiale car les Boeing 737 de la flotte Ryanair ne permettent pas de réaliser des vols transatlantiques. Et il n'y aura pas d'achat pour des appareils plus adaptés dont les carnets de commande sont très serrés, ce qui les rend trop chers", a-t-il ajouté.

Selon le dirigeant de Ryanair, "aucune échéance précise" n'a été arrêtée pour la mise en place effective de vols transatlantiques, dont le principe, dit-il, n'a toujours pas été entériné par le conseil d'administration de la société.

Initialement prévu sur dix ans, ce délai pourrait néanmoins être réduit de moitié, selon une source proche de la compagnie.

Yann Delomez a confirmé que Marseille demeurait une place centrale pour Ryanair qui prévoit de faire transiter en 2015 plus de 1,7 million de passagers par la plateforme provençale, et près de 100 millions sur ses 73 bases réparties sur 190 aéroports dans une trentaine de pays en Europe.

La flotte actuelle composée de 320 appareils doit être portée à 520 avions d'ici 2024, date à laquelle la compagnie a prévu de transporter plus de 160 millions de passagers. (Jean-François Rosnoblet, édité par Jean-Michel Bélot)