La croissance italienne à 0,3% au T1, meilleure qu'attendu

mercredi 13 mai 2015 10h27
 

ROME, 13 mai (Reuters) - La croissance de l'économie italienne a été légèrement supérieure aux attentes au premier trimestre grâce à la demande intérieure, montre la première estimation publiée mercredi, qui conforte les espoirs d'une reprise cette année après trois ans de récession.

Le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,3% après avoir stagné au quatrième trimestre de l'an dernier. Il est resté inchangé sur un an, a précisé l'Istat, l'institut national de la statistique.

Les économistes interrogés par Reuters n'attendaient en moyenne qu'une croissance de 0,2% d'un trimestre sur l'autre et une baisse de 0,2% en rythme annuel.

C'est la première fois que l'économie italienne ne se contracte pas en rythme annuel depuis le troisième trimestre 2011.

L'Istat précise que l'augmentation de la demande intérieure a compensé sur janvier-mars une contribution négative de la balance commerciale.

L'Italie est depuis une décennie l'économie la plus faible de la zone euro et elle devrait rester à la traîne de la plupart des autres cette année encore, même si 2015 devrait se solder par une timide croissance, la première depuis 2011.

Le gouvernement de Matteo Renzi prévoit une hausse de 0,7% du PIB sur l'ensemble de cette année après une contraction de 0,4% en 2014, de 1,7% en 2013 et de 2,8% en 2012.

Pour le quatrième trimestre de l'an dernier, l'Istat a confirmé que le PIB avait stagné par rapport aux trois mois précédents et reculé de 0,5% par rapport au dernier trimestre 2013.

La première estimation du PIB pour janvier-mars n'est pas détaillée mais l'Istat fait état d'une croissance de l'activité dans l'industrie et l'agriculture et d'une stagnation dans les services.

L'acquis de croissance à fin mars (la performance 2015 assurée même dans l'hypothèse d'une stagnation du PIB sur les trois derniers trimestres de l'année) est de 0,2%.

(Gavin Jones, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)