LEAD 3-Proglio renonce à Thales, Bercy s'opposant à ses mandats russes

mardi 12 mai 2015 14h28
 

* Des mandats russes jugés par Bercy incompatibles avec Thales

* Proglio évoque une campagne de dénigrement de Bercy

* Certaines résolutions devraient être retirées avant l'AG de mercredi (Actualisé avec précisions, nouvelle citations de Macron)

par Jean-Michel Belot et Jean-Baptiste Vey

PARIS, 12 mai (Reuters) - Henri Proglio a annoncé mardi qu'il renonçait à la présidence du conseil d'administration du groupe d'électronique et de défense Thales, accusant le ministère de l'Economie de mener campagne contre lui en exigeant qu'il renonce à des mandats d'administrateur en Russie.

Le ministère de l'Economie a demandé notamment à Henri Proglio de couper ses liens avec Rosatom, l'agence russe de l'énergie atomique. L'ancien PDG d'EDF est également administrateur d'ABR Management, une société d'investissement créée par des dirigeants de Bank Rossiya, une banque proche du pouvoir russe qui fait l'objet de sanctions américaines depuis l'annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014.

"Il était normal que nous demandions à Henri Proglio de choisir entre des fonctions éminentes de dirigeant non-exécutif à la tête de Thales et des engagements réels, rémunérés, auprès de grands acteurs du secteur militaire et civil en particulier nucléaire russe", a déclaré à la presse le ministre de l'Economie. "Ça ne nous paraissait pas compatible. Ce n'est pas un problème de droit, c'est un problème d'éthique, de conflits d'intérêt."

Remplacé à la tête d'EDF par Jean-Bernard Lévy, Henri Proglio avait été choisi pour assurer la présidence non-exécutive de Thales au terme d'un laborieux compromis entre l'Etat et le groupe Dassault Aviation, les deux grands actionnaires du groupe d'électronique de défense avec respectivement 26,4% et 25,3% du capital.

Dans une interview publiée ce mardi par le quotidien le Monde, Henri Proglio s'en prend violemment au gouvernement.   Suite...