Pas d'immobilisation des Airbus A400M en France-source

dimanche 10 mai 2015 13h56
 

PARIS, 10 mai (Reuters) - L'armée de l'air française n'a pas décidé à ce stade d'immobiliser sa flotte d'Airbus A400M , contrairement à l'Allemagne et la Grande-Bretagne, qui ont pris cette décision à la suite d'un accident samedi en Espagne, indique dimanche une source au ministère de la Défense.

La situation pourrait toutefois évoluer en fonction des résultats de l'enquête, précise-t-on.

"A ce stade, au vu des éléments dont nous disposons, nous n'avons pas de raison d'arrêter la flotte", a dit à Reuters une source au ministère de la Défense.

"Nous ne ferons pas d'impasse sur la sécurité des vols", a-t-elle ajouté, précisant que cette décision pouvait évoluer "à tout moment" en fonction des résultats de l'enquête.

Un avion de transport militaire Airbus A400M Atlas s'est écrasé samedi dans un champ lors d'un vol d'essai près de l'aéroport San Pablo de Séville, dans le sud de l'Espagne.

Quatre des six personnes qui se trouvaient à bord ont été tuées, les deux autres sont grièvement blessées. Il s'agit du premier accident impliquant un Airbus A400M, modèle qui est entré en service en 2013 et qui est assemblé à Séville.

A la suite de ce crash, la Royal Air Force (RAF) britannique a décidé de maintenir au sol ses deux avions de ce type et l'armée de l'air allemande a pris la même décision pour l'unique appareil en sa possession.

L'armée de l'air française dispose de six Airbus A400M. (Chine Labbé)