GRAPHES-Souverains européens-Correction tardive mais limitée

mercredi 6 mai 2015 17h43
 

6 mai (Reuters) - La correction sur les dettes souveraines européennes a été aussi brusque que tardive mais la poursuite de l'assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne (BCE), la remontée des rendements déjà intervenue et les rebondissements du dossier grec devraient désormais en limiter l'ampleur et la durée.

Des corrections de ce type avaient été observées après la mise en place de programmes de rachats d'actifs de la Réserve fédérale américaine en décembre 2012 et de la Banque du Japon an avril 2013, rappellent des analystes de Natixis.

Elles s'expliquent habituellement par un report des investisseurs du segment souverain vers les actifs offrant des niveaux de rentabilité supérieurs, ceux des marchés du crédit corporate et des actions, les marchés de taux se stabilisant en général dans les deux mois qui suivent.

Graphique sur l'évolution des taux souverains à 10 ans après la mise en place du QE aux Etats-Unis, au Japon et en zone euro : bitly.com/1FPyYS4

La violence de la correction est aussi à la mesure de la complaisance qui l'a précédée, soulignent pour leur part les responsables des investissements d'Oddo Asset Management.

Ils rappellent ainsi que les rendements sur le Bund à deux ans étaient tombés en dessous du taux des dépôts de la BCE fixé à -0,20% alors que cette dernière a explicitement exclu d'acheter du papier dont la rémunération serait inférieure à ce seuil.

Plusieurs facteurs peuvent être mis en avant pour expliquer le déclenchement de la correction, de la remontée des taux longs aux Etats-Unis en dépit de statistiques économiques américaines décevantes à l'amélioration du contexte économique en zone euro en passant par le redressement des anticipations d'inflation avec la remontée des cours du pétrole.

Graphique sur l'évolution des anticipations d'inflation à 5 ans dans 5 ans en zone euro et des cours du pétrole :   Suite...