BOURSE-Thales dopé par le Rafale et le budget français de la Défense

mardi 5 mai 2015 11h37
 

PARIS, 5 mai (Reuters) - L'action Thales retrouve mardi matin son niveau de la fin de l'année 2000 à la faveur des ventes de l'avion de chasse Rafale, programme dans lequel le groupe de haute technologie et de défense est impliqué, et de l'augmentation du budget français consacré à la Défense.

A 11h17, le titre avance de 3,09% à 56,11 euros, après avoir touché 56,45 euros, au plus haut depuis novembre 2000. Au même instant, le SBF 120 gagne 0,46%.

Le gouvernement a annoncé le 29 avril que le budget de la Défense, confirmé à 31,4 milliards d'euros pour 2015, serait augmenté de 3,8 milliards d'ici 2019 - 600 millions supplémentaires en 2016, 700 millions en 2017, un milliard en 2018 et 1,5 milliard en 2019.

"Cela confirme notre opinion selon laquelle Thales est en train d'évoluer vers une période de croissance organique modeste après cinq années de croissance négligeable", estime dans une note Goldman Sachs.

Le broker, qui conseille d'acheter le titre avec un objectif de cours de 66 euros, précise que les ventes de l'activité Défense à la France représentent 13% du chiffre d'affaires du groupe en 2014.

"Nous nous attendons à ce que (le groupe, NDLR) dépasse aisément ses objectifs de marge d'Ebit en 2017 et 2018", considère l'intermédiaire.

Fin février, Thales avait confirmé viser pour 2017-2018 une marge opérationnelle comprise entre 9,5% et 10%, contre 7,6% en 2014.

Par ailleurs, la France a signé lundi à Doha le contrat de vente de 24 Rafale avec le Qatar pour un montant de 6,3 milliards d'euros qui comprend également des missiles fournis par MBDA. Il s'agit du troisième contrat à l'exportation depuis le début de l'année pour l'avion de combat de Dassault Aviation après ceux conclus avec l'Egypte et l'Inde.

Pour Credit Suisse, les annonces concernant le Rafale et le budget de la Défense constituent des catalyseurs pour le titre Thales et conforte son opinion sur la valeur à "surperformance" avec un objectif de cours de 59 euros, avant la publication du chiffre d'affaires du premier trimestre attendu ce mercredi.

L'intermédiaire estime que la vente du Rafale au Qatar pourrait doper le bénéfice par action 2018 de Thales de cinq à six centimes d'euro sur la base de six livraisons par an.

Thales équipe le Rafale en radars, équipements de communication et calculateurs, soit près d'un quart de la valeur de l'avion de combat. (Alexandre Boksenbaum-Granier, avec Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez)