UBS - Bénéfice du T1 très nettement supérieur aux attentes

mardi 5 mai 2015 07h35
 

ZURICH, 5 mai (Reuters) - UBS a fait état mardi d'une hausse nettement plus marquée que prévu de son bénéfice net du premier trimestre, la première banque suisse précisant que la contribution de la division gestion de fortune a été la plus élevée depuis 2008.

Sur les trois premiers mois de l'année, le résultat net de l'établissement est ainsi ressorti à 1,977 milliard de francs suisses (1,90 milliard d'euros), ce qui représente un bond de 88% par rapport au niveau du premier trimestre 2014.

Les analystes interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne 1,1 milliard de francs.

"Je suis satisfait des bonnes performances du trimestre. Nous sommes restés au plus près de nos clients, nous sommes restés disciplinés en matière de risques et nous avons atteint nos objectifs dans tous nos domaines d'activité et dans tous les pays", déclare Sergio Ermotti, directeur général d'UBS, cité dans un communiqué.

La banque suisse ajoute être en discussions avec différentes autorités au sujet d'un possible accord permettant de mettre un terme aux enquêtes sur les soupçons de manipulation des taux de change pesant sur elle.

UBS souligne qu'elle pourrait, dans ce cadre, se voir infliger une amende, tout en disant que, à ses yeux, les provisions prises en prévision d'une telle éventualité étaient suffisantes.

La banque note que les pourparlers avec le département de la Justice américain sont à un stade avancé mais qu'un accord n'a pas encore été conclu.

Avec d'autres autorités, des accords dans le dossier des changes pourraient intervenir dans un "futur proche".

Il y a 15 jours, le Financial Times a rapporté que la justice américaine voulait conclure d'ici la mi-mai un accord amiable global avec cinq grandes banques, dont UBS, sur les allégations de manipulation du marché des changes.

L'accord concernerait JPMorgan Chase, Barclays , Citigroup, Royal Bank of Scotland et UBS, et conduirait chacune d'elleq à verser environ un milliard de dollars (935 millions d'euros) de pénalités, avait précisé le quotidien, dont les informations ont ensuite été confirmées par des sources jointes par Reuters. (Joshua Franklin, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)