LEAD 2-La Grèce évoque des concessions, l'Europe prête à tout

jeudi 30 avril 2015 23h39
 

(Répétition titre, texte sans changement)

par Lefteris Papadimas et Deepa Babington

ATHENES, 30 avril (Reuters) - Le gouvernement grec a laissé entendre jeudi qu'il pourrait faire de nouvelles concessions à ses créanciers dans les discussions en cours sur les réformes et l'aide internationale, qui sont entrées dans le vif du sujet.

La prudence reste toutefois de mise, comme l'a prouvé le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, en expliquant que l'Europe était prête à tous les scénarios, quelle que soit l'issue des négociations.

Une équipe élargie de négociateurs grecs a entamé les pourparlers avec le "Groupe de Bruxelles", qui représente la zone euro, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque centrale européenne (BCE), pour tenter de trouver un compromis sur les réformes nécessaires au versement des milliards d'euros d'aides qu'attend Athènes.

Les discussions pourraient se prolonger jusqu'à dimanche et le Premier ministre Alexis Tsipras est prêt à y participer si nécessaire, a dit un responsable grec.

Les deux parties se sont mises d'accord pour garder le silence jusqu'à la fin de la réunion, a déclaré un responsable de la zone euro.

La Grèce souhaite conclure un accord d'étape la semaine prochaine, dans l'espoir que cela conduira la BCE à lever le plafond sur ses émissions de bons du Trésor à temps pour lui permettre de rembourser les 750 millions d'euros de prêt du FMI arrivant à échéance le 12 mai.

Après une réunion de hauts responsables grecs mercredi, une source gouvernementale a expliqué que le gouvernement était disposé à vendre la majorité du capital des deux principaux ports du pays et à faire des concessions sur les dossiers délicats de la TVA et de la réforme des retraites.   Suite...