Barclays-£800 mlns de provisions de plus pour les changes

mercredi 29 avril 2015 08h58
 

LONDRES, 29 avril (Reuters) - Barclays a constitué de nouvelles provisions d'un montant de 800 millions de livres (1,12 milliard d'euros) destinées à couvrir des amendes et règlements amiables liés à une manipulation présumée du marché des changes et à d'autres errements passés, ce qui a eu pour effet de réduire le bénéfice trimestriel d'un quart.

Ce supplément de provisions reflète "l'évolution de la situation avec certaines autorités" depuis mars, a expliqué la banque britannique mercredi.

Ces provisions liées au marché des changes se montent à présent à 2,05 milliards de livres (2,87 milliards d'euros) contre 1,25 milliard l'an passé à la même époque.

Barclays n'avait pu être partie prenante d'un accord entre les autorités américaines et britanniques et six autres banques négocié en novembre dernier pour mettre un terme aux enquêtes liées aux manipulations présumées des changes, faute d'être parvenue à s'entendre avec le régulateur bancaire de l'Etat de New York.

La banque, qui a dit qu'elle voulait s'entendre avec le plus d'autorités possibles en un seule fois, a également constitué 150 millions de livres de provisions pour dédommager les clients britanniques auxquels elle avait vendu des produits d'assurance dans des conditions douteuses.

Ce contentieux coûte à présent à Barclays 5,4 milliards de livres et plus de 26 milliards de livres à l'ensemble du secteur bancaire britannique.

Le règlement des litiges dus à ses manquements passés empêche la banque de se consacrer pleinement à son activité de banque d'investissement et à son objectif d'améliorer la rentabilité.

Barclays a sinon fait état mercredi d'un bénéfice imposable en baisse de 26% de 1,3 milliard de livres au premier trimestre.

Le même bénéfice imposable hors provisions ressort à 1,85 milliard de livres, en hausse de 9% et un peu au-dessus du consensus Reuters qui le donnait à 1,81 milliard.

Les revenus de son segment banque d'investissement sont en hausse de 2% à 2,2 milliards de livres, ce qui est conforme au consensus. Ces revenus sont en progression de 30% sur le trimestre précédent. (Steve Slater, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)