ENCADRE-France-Dans le triangle du nucléaire du Cotentin

lundi 4 mai 2015 15h18
 

* Un département dépendant de la manne du nucléaire

* Droite et gauche locales s'accordent à soutenir cette industrie

* La situation d'Areva suscite des inquiétudes

par Emmanuel Jarry

BEAUMONT-HAGUE, Manche, 4 mai (Reuters) - A la pointe de la péninsule normande du Cotentin, le triangle de 20 km de côté formé par l'usine de recyclage de combustible de La Hague, la centrale électrique EDF de Flamanville et l'arsenal de Cherbourg est l'une des zones les plus nucléarisées d'Europe.

Quelque 13.000 personnes y travaillent directement ou indirectement pour les principaux acteurs de la filière nucléaire, soit un emploi sur trois dans le Nord-Cotentin, dont 5.000 dans le seul complexe de La Hague.

Selon Areva NC, branche d'Areva héritière de la Compagnie générale des matières atomiques (Cogema), plus de 75% des combustibles nucléaires usés traités dans le monde le sont sur ce site, à la pointe de la péninsule.

Plus bas, au bord de la Manche, à côté des deux tranches de la centrale de Flamanville, le chantier du premier réacteur EPR français, dont les ouvriers peuplent les camps de caravanes aux alentours, défraye la chronique par ses retards.

Les sous-marins nucléaires français sont construits par DCNS à Cherbourg et Digulleville héberge le premier site de stockage de déchets faiblement et moyennement radioactifs de France.   Suite...