23 avril 2015 / 07:44 / il y a 2 ans

Zone euro/PMI-La croissance entravée par les commandes nouvelles

PARIS/LONDRES/BERLIN, 23 avril (Reuters) - Principaux résultats provisoires des enquêtes Markit auprès des directeurs d'achat en Europe publiés jeudi :

* ZONE EURO - LA CROISSANCE DU PRIVÉ EN DEÇÀ DES ATTENTES

LONDRES - La croissance du secteur privé européen n'a pas répondu aux attentes en avril en raison d'un ralentissement des nouvelles commandes imputable pour l'essentiel à une activité poussive en France.

Ce constat intervient en dépit du coup de pouce donné par un euro affaibli aux exportations et par le programme d'assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne (BCE) lancé en mars.

"Ce rythme d'expansion en demi-teinte est vraiment décevant...", dit Chris Williamson, économiste en chef de Markit. "Toutefois, il est prématuré de tirer des conclusions pour ce qui est de savoir si la croissance trébuche encore et quant à l'efficacité de la politique (de la BCE)".

L'indice composite de Markit est ressorti à 53,5 en version flash, en deçà même de l'estimation la plus basse du consensus Reuters qui donnait en moyenne un indice de 54,4, après 54,0 en mars.

Le sous-indice manufacturier a reculé à 51,9 contre 52,2 en mars et un consensus le donnant à 52,6, tandis que celui des services a fléchi à 53,7 contre 55,2 en mars et un consensus de 54,5.

Pour Chris Williamson, l'indice PMI laisse présager une croissance du PIB de 0,4% durant le trimestre en cours, conforme au consensus d'une enquête Reuters publiée mercredi.

Le sous-indice des commandes nouvelles a reculé à 53,8 et les industries, qui ont à peine embauché, ont surtout honoré les commandes en souffrance, encore plus qu'en mars, le sous-indice les concernant s'affichant à 49,9 contre 51,1.

Chris Williamson observe toutefois que la croissance a accéléré en dehors de la France et de l'Allemagne, ce qui laisse penser que les actions de la BCE portent au moins leurs fruits sur les pays périphériques de la zone euro.

Les sous-indices mesurant les variations de prix au sein de la zone euro attestent toujours de tensions baissières mais moins prononcées qu'en mars.

* ALLEMAGNE - CROISSANCE DU SECTEUR PRIVÉ MOINS SOUTENUE QUE PRÉVU

BERLIN - L'activité du secteur privé a un peu ralenti en avril mais elle reste en croissance pour le 24e mois d'affilée avec un indice PMI composite largement au-dessus de la barre des 50 qui délimite la croissance de l'activité de la contraction.

L'indice justifie toutefois la prudence affichée par le gouvernement en matière de prévision économique.

Cet indice Markit est ressorti à 54,2 en version flash en avril contre un pic de huit mois de 55,4 en mars.

"La croissance a vraiment été impressionnante sous bien des aspects à la fin du premier trimestre et maintenant on ralentit un peu", commente Chris Williamson, économiste de Markit, ajoutant que l'emploi résiste toujours, ce qui est un signe encourageant.

Le sous-indice du secteur manufacturier a contre toute attente reculé à 51,9 contre 52,8 en mars et 53,0 attendu. Le sous-indice des services a lui aussi fléchi de manière inattendue, à 54,4 contre 55,4 en mars et 55,5 attendu.

Le gouvernement a relevé mercredi ses prévisions de croissance de 2015 et 2016 mais la projection de 2015 est moins élevée que celle des instituts de conjoncture.

* FRANCE-CROISSANCE PRESQUE NULLE DANS LE SECTEUR PRIVÉ EN AVRIL

PARIS - La croissance de l'activité du secteur privé français a presque disparu en avril, le secteur manufacturier se contractant plus nettement qu'en mai, tandis que les services croissaient nettement moins, selon la première version "flash" des indicateurs PMI de Markit publiés jeudi.

L'indice du secteur manufacturier a reculé à 48,4 contre 48,8 en mars, interrompant l'amélioration des deux mois précédents et restant sous la barre de 50 qui sépare croissance et contraction de l'activité. Ceci signale une poursuite de la contraction sans pause depuis mai 2014.

L'indice du secteur des services a quant à lui reculé à 50,8 contre 52,4 en mars, se maintenant au-dessus de la barre de 50 pour le troisième mois d'affilée.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un indice manufacturier en hausse à 49,2 et un indice des services en légère hausse à 52,5.

L'indice composite, qui regroupe des éléments des deux indices sectoriels, a reculé à 50,2 contre 51,5 en mars, restant de justesse dans la zone d'expansion pour le troisième mois consécutif.

L'indicateur d'emploi signale quant à lui une croissance pour le deuxième mois de suite, grâce à une progression dans les services.

Selon Jack Kennedy, économiste chez Markit, "la croissance de la production s'est quasiment arrêtée en avril, signalant la persistance d'un environnement économique moribond en France".

"La croissance des nouvelles commandes s'est tassée", ajoute-t-il, en soulignant que "les perspectives d'activité dans les services atteignent leur plus haut niveau depuis 37 mois bien qu'il soit difficile de comprendre les raisons de cet optimisme".

Guide des indices PMI

Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below