Luxe-Dépenses record des touristes chinois en mars

lundi 20 avril 2015 13h37
 

PARIS, 20 avril (Reuters) - Les dépenses des touristes chinois ont enregistré une progression record en mars, dopées par l'amplification des écarts de prix entre la Chine et l'Europe liée à la baisse de l'euro.

Leurs achats ont grimpé de 122,4% en mars, après une hausse de 51,9% en février, portant la hausse à 67% au cours du premier trimestre 2015, selon les chiffres de Global Blue, spécialiste de la détaxe.

La clientèle chinoise, première clientèle mondiale du luxe, délaisse Hong Kong et Macao pour acheter massivement en Europe, où les écarts de prix avec la Chine peuvent atteindre 60%, mais aussi dans d'autres destinations asiatiques comme le Japon, Taiwan ou la Corée du Sud.

Or ces écarts de prix nourrissent un important marché parallèle hautement toxique pour les marques de luxe, car il nuit à leur image d'exclusivité et peut créer la confusion avec les produits de contrefaçon.

Ce marché atteindrait, selon Bain & Co, 15% de l'ensemble des achats de la clientèle chinoise.

Pour y faire face, certaines marques comme Chanel ont opté pour une harmonisation mondiale des prix, passant par une forte baisse en Chine et une importante hausse en Europe , tandis que d'autres comme Hermès ou Louis Vuitton (groupe LVMH ) ont jusqu'ici opté pour le statu quo, soucieuses de ne pas s'aliéner leur clientèle européenne. et

L'envolée des achats touristiques chinois a permis de compenser une nouvelle chute de la clientèle russe en mars, bien que moins drastique qu'en février (-39% contre -51%) pour cause de crise économique et de baisse du rouble.

La récente reprise du rouble, si elle devait se confirmer, pourrait cependant apporter "une relative amélioration de la demande touristique russe", soulignent les analystes de Barclays dans une note.

Toutes nationalités confondues, les dépenses des touristes ont augmenté de 47,4% en mars, signant leur plus forte progression depuis mai 2011.

En Europe, où les dépenses qu'effectuent les touristes comptent pour environ 50% des ventes du luxe, les achats ont augmenté de 40,5%, tandis que dans le reste du monde, ils ont grimpé de 78%.

Les chiffres de Global Blue ne prennent pas en compte les dépenses effectuées aux Etats-Unis, à Hong Kong et Dubaï, où les opérations de détaxe n'existent pas. (Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez)