La Chine veut lever les doutes sur la sûreté de ses EPR d'Areva

jeudi 16 avril 2015 19h32
 

SHANGHAI, 16 avril (Reuters) - La Chine ne chargera pas de combustible dans ses deux réacteurs nucléaires de type EPR conçus par le français Areva tant que tous les doutes quant à la sûreté des équipements ne seront pas intégralement levés, a annoncé le ministère de l'Environnement.

Il s'agit de la première réaction chinoise à l'anomalie détectée dans le couvercle et le fond de la cuve de l'EPR construit par Areva à Flamanville, en France.

Areva construit aussi deux EPR sur le site de Taishan dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine.

"De manière générale, le site nucléaire de Taishan fonctionne de manière efficace et sa construction est maîtrisée", a dit Tang Bo, un responsable de l'agence chinoise de sûreté nucléaire, cité par le ministère.

"Le ministère n'approuvera pas le chargement de combustible dans les réacteurs tant que le problème relatif à l'équipement n'aura pas été pleinement identifié et réglé", a-t-il ajouté. (Bureau de Shanghai; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)