April 13, 2015 / 10:14 AM / 2 years ago

LEAD 1-Paris sera bien candidate aux JO 2024

4 MINUTES DE LECTURE

* Le Conseil de Paris formalise son engagement

* La Ville saura en mai 2016 si le CIO retient sa candidature

* Hidalgo veut y trouver une dynamique politique (Ajoute détails, citations, contexte)

PARIS, 13 avril (Reuters) - Le Conseil de Paris a formalisé lundi l'engagement de la Ville en faveur d'une candidature à l'organisation des Jeux olympiques de 2024, qui lance deux années de compétition avant la désignation de la ville hôte.

Paris aura fort à faire face à une concurrence partiellement connue : Rome, Hambourg et Boston devraient être candidates, et d'autres ont le temps de se déclarer puisque la signature du premier document officiel aura lieu le 15 septembre.

Dix ans après l'échec de la candidature aux Jeux 2012, qui avait vu Londres devancer Paris alors que la capitale française abordait l'échéance en favorite, la maire de Paris Anne Hidalgo s'est voulue offensive.

"Nous savons que nous avons perdu trois fois les Jeux, les dernières années (...) Nous savons qu'il nous faut aujourd'hui réussir, les conditions sont posées", a-t-elle dit quelques secondes avant le vote des élus.

Le voeu soumis par l'exécutif a été adopté à une très large majorité, seuls les écologistes, qui souhaitaient un référendum sur le sujet, et le Parti de gauche ayant voté contre.

La Ville décide "de s'engager pleinement en faveur d'une candidature de Paris aux Jeux olympiques et paralympiques 2024", dit le texte qui rappelle le rôle du mouvement sportif comme "chef de file" de la candidature.

"génération 2024"

Le vote du Conseil clôt un chapitre longtemps alimenté par les doutes d'Anne Hidalgo sur l'opportunité de faire acte de candidature en raison du coût -- 50 à 100 millions d'euros pour la candidature, au moins six milliards pour l'événement.

Le rapport remis en février par Bernard Lapasset, président du Comité français du sport international, et Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français, l'a rassurée : sur 6,2 milliards de budget, trois quarts viendraient du CIO ou du privé et le public financerait des infrastructures.

Il a donc achevé de convaincre la maire qui veut y voir une occasion de dynamiser sa politique, à l'échelle du Grand Paris.

Lundi, elle a évoqué "une fracture territoriale à résoudre" en Ile-de-France, notamment avec la Seine-Saint-Denis qui pourrait accueillir certaines infrastructures, comme un village olympique de 17.000 lits transformable ensuite en logements.

Elle a aussi, dans son discours introductif, parlé de la réaction des Parisiens après les attentats de janvier, de l'"unité, désir commun de démocratie et de paix qui sont constitutifs de l'esprit olympique".

Elle a encore souligné que Paris défendrait une candidature "sobre" sur les plans écologique et économique et s'appuierait sur une "génération 2024", comme l'expliquait il y a quelques jours son adjoint aux Sports, Jean-François Martins. (voir )

La candidature doit maintenant passer par plusieurs étapes formelles dont les principales seront la signature du document de "procédure d'acceptation des candidatures", le 15 septembre, l'envoi du dossier aux villes retenues en mai 2016 et le vote du CIO à l'été 2017. (Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below