Gestion-Bascule transatlantique sur les actions avec le QE de la BCE

vendredi 13 mars 2015 17h53
 

NEW YORK, 13 mars (Reuters) - Les fonds spécialisés sur les actions européennes ont enregistré une collecte nette de 5,2 milliards de dollars sur la semaine au 11 mars contre des sorties de 7,5 milliards sur les fonds spécialisés sur les actions américaines, sous le double effet du lancement par la Banque centrale européenne de son programme d'achats massifs d'actifs (QE) et de la poursuite de l'appréciation du dollar, montre une étude de Bank of America Merrill Lynch vendredi.

Les fonds investis en actions européennes enregistrent ainsi une neuvième semaine consécutive d'entrées nettes, selon cette étude qui cite des données d'EPFR Global, un cabinet d'études spécialisé dans le suivi des flux de collecte des sociétés de gestion internationales.

"(La hausse) du dollar explique les 47 milliards de dollars de sorties nettes sur les fonds actions américaines contre 36 milliards de dollars d'entrées nettes sur les fonds actions européennes depuis le début de l'année", relèvent Michael Hartnett et Brian Leung, analystes de BofA Merrill Lynch.

"L'ampleur des flux vers l'Europe rappelle celle vers le Japon après l'annonce de son QE par la Banque du Japon en avril 2013."

Toutes zones géographiques confondues, les fonds actions ont enregistré des rachats nets de 700 millions de dollars sur la période après 7,1 milliards d'entrées nettes au cours de la semaine précédente.

Les fonds spécialisés sur les actions japonaises ont engrangé 2,5 milliards de dollars, leur plus forte collecte depuis octobre 2014. Les fonds actions émergentes ont subi 3,6 milliards de rachats nets.

Les fonds obligataires ont de leur côté bénéficié de 2,7 milliards de souscriptions nettes, enregistrant une dixième semaine consécutive de collecte.

Pour Cristel Rendu de Lint, responsable de la gestion de taux à l'UBP, l'obligataire pourrait toutefois connaître un mouvement inverse à celui enregistré sur les actions.

L'accroissement du différentiel de rendement entre les Etats-Unis et l'Europe, qui a vocation à s'accroître avec les premières hausses de taux directeurs de la Fed attendues d'ici la fin de l'année et la nouvelle baisse des rendements en Europe sous l'effet du QE devrait, selon elle, conduire les investisseurs européens à se tourner vers le marché américain.   Suite...