La Bourse de Tokyo finit en hausse de 1,39%

vendredi 13 mars 2015 07h20
 

TOKYO, 13 mars (Reuters) - La Bourse de Tokyo a fini en hausse de 1,39% vendredi, en grande partie en raison du bond de plus de 13% du spécialiste de la robotique industrielle Fanuc , qui envisagerait de relever son dividende et de procéder à des rachats d'actions.

L'indice Nikkei a gagné 263,14 points à 19.254,25 et le Topix, plus large, a pris 13,70 points (+0,89%) à 1.560,33 points.

Ces deux indices ont gagné plus de 10% depuis le début de l'année et le Topix aligne sa huitième hausse hebdomadaire d'affilée avec un gain de 1,26% cette semaine. Le Nikkei prend 1,49% sur la semaine, sa cinquième hausse consécutive.

L'indice Nikkei profite surtout vendredi du gain de 13,21% du titre Fanuc, qui pèse extrêmement lourd dans l'indice.

Alors qu'il est réputé pour le peu d'attention qu'il porte à ses investisseurs, le groupe dit souhaiter désormais améliorer ses relations avec ces derniers et envisage d'augmenter son dividende, rapporte le quotidien des affaires Nikkei.

"Fanuc n'a jamais eu de dialogue avec les investisseurs, en raison de sa profonde conviction qu'un industriel doit faire de l'industrie et ne pas se livrer aux techniques financières. Mais sa position consistant à ignorer les investisseurs commençait à paraître extrême dans un monde en évolution", dit Masayuki Kubota, stratège chez Rakuten Securities.

Les marchés actions japonais ont aussi été soutenus récemment par le fait que le Japon pourrait être l'un des principaux bénéficiaires de la chute des cours du pétrole.

Le lancement cette semaine d'un vaste plan de rachats d'actifs par la Banque centrale européenne a alimenté la hausse.

La progression de vendredi s'est faite sur un large front mais les investisseurs ont néanmoins pris leurs bénéfices sur quelques secteurs ayant progressé récemment, comme celui des valeurs pharmaceutiques, qui a perdu 1,31%.

Sur le marché des changes, le dollar a repris son mouvement de hausse ce matin, après une courte pause, et se traite à 1,06 pour un euro et à 121,45 yens. (Hideyuki Sano, Bertrand Boucey et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)