VW discute de la vente de ses 50% dans LeasePlan-source

jeudi 12 mars 2015 20h05
 

ZURICH/BERLIN, 12 mars (Reuters) - Volkswagen est en train de négocier la vente de ses 50% dans la firme de leasing automobile LeasePlan à un consortium qui comprend le fonds souverain d'Abou Dhabi, a déclaré jeudi une source proche du dossier.

Le groupe allemand, à la recherche d'économies, a déjà une filiale de crédit propre, VW Leasing, et s'appuie de plus en plus sur son pôle financier Volkswagen Financial Services.

Mercredi, une porte-parole de LeasePlan a indiqué que la société spécialisée dans la location longue durée et la gestion de parcs automobiles était en discussions en vue de sa vente.

LeasePlan vaut dans les trois milliards d'euros et un accord pourrait être conclu dès ce mois de mars, a dit la source en confirmant des informations du Wall Street Journal.

Volkswagen cherche à réduire ses coûts de cinq milliards d'euros par an d'ici 2017 pour améliorer sa rentabilité. Lors de la conférence de presse annuelle du groupe jeudi, le président du directoire Martin Winterkorn a dit avoir identifié des économies pour la moitié de ce montant mais le directeur financier, Hans Dieter Pötsch, s'est refusé à tout commentaire sur une sortie éventuelle de LeasePlan.

Selon la source, le consortium comprend le fonds souverain d'Abou Dhabi (Abu Dhabi Investment Authority) et celui de Singapour (Government Investment Corporation, GIC) ainsi que la société de capital-investissement TDR Capital.

Les discussions portent sur la vente de l'ensemble de LeasePlan et tout accord devra être validé par la banque centrale néerlandaise et l'autorité des marchés de ce pays puisque la société y détient une licence bancaire.

Les 50% restants de LeasePlan sont détenus par Bankhaus Metzler, qui s'est refusé à commenter ces informations.

Basé à Almere aux Pays-Bas, LeasePlan gère le leasing de 1,42 million de voitures par an et a réalisé l'an dernier un bénéfice net de 372 millions d'euros.

SkyNews a rapporté mercredi que le consortium intéressé par l'acquisition comprenait aussi le fonds de pension néerlandais PGGM. (Edward Taylor à Zurich, Ludwig Burger à Francfort, Andreas Cremer à Berlin et Laurence Frost à Paris, Véronique Tison pour le service français)