RPT-** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la clôture en Europe **

mercredi 11 mars 2015 18h14
 

(Rpt du cours de clôture du Dax au §2)
    PARIS, 11 mars (Reuters) - Les Bourses européennes ont rebondi mercredi,
très fortement à Paris et Francfort avec un record de clôture pour le Dax mais
moins nettement à Londres, soutenues par la baisse de l'euro qui favorise les
entreprises exportatrices et l'envol du secteur de l'automobile.
    Le CAC 40 parisien a pris 2,37% (+115,80 points) à 4.977,75 points
et le Dax a avancé de 2,66% pour franchir pour la première fois la
barre des 11.800 points, à 11.805,99.
    A Londres, le FTSE n'a gagné que 0,28%, pénalisé par les valeurs
minières qui reculent sur fond d'inquiétudes sur le rythme de la croissance en
Chine, premier marché mondial pour les métaux.
    Les indices européens confirment la bonne humeur générale avec +1,47% pour
l'Eurofirst 300 et 2,31% pour l'EuroStoxx 50 de la zone euro
.  
    L'euro, orienté à la baisse depuis l'annonce par la Banque centrale
européenne de son programme d'assouplissement quantitatif (quantitative easing,
QE), est tombé sous 1,06 dollar pour la première fois depuis 10 ans. 
    "Nous savons tous que le QE n'est pas la panacée, qu'il ne résoudra pas tous
les problèmes de l'Europe et que seules les réformes peuvent le faire, mais ce
que nous avons appris, c'est que faire marcher la machine à billets est bon pour
les valeurs boursières", explique Gary Paulin, trader chez Aviate Global.
    Aux valeurs, le secteur automobile signe la plus forte hausse sectorielle en
Europe, dopé par un optimisme accru sur la reprise ainsi que par de potentielles
opérations de fusion-acquisition (M&A) après le salon de Genève. 
    L'indice Stoxx du secteur automobile européen a gagné 3,82% à euros,
contre un gain de 1,44% pour le Stoxx 600.
    A Paris, Renault s'est octroyé 4,04% et PSA 3,52%. A
Francfort, BMW a progressé de 4,97% et Daimler de 3,80%.
    Telecom Italia a pris 7,7% à la Bourse de Milan après avoir été
momentanément réservée à la hausse, une envolée que des intervenants expliquent
par les spéculations sur une possible consolidation du marché italien de la
téléphonie mobile. 
    Contre la tendance, JCDecaux a reculé de 4,48% à Paris, la plus
forte baisse du SBF 120, après la cession par la famille Decaux,
actionnaire de contrôle du groupe de communication extérieure, d'une partie de
sa participation. 
    A l'heure de la clôture en Europe, Wall Street était orientée légèrement à
la hausse après avoir subi mardi sa pire séance en deux mois en raison des
craintes de l'impact de la vigueur du billet vert sur les comptes des
entreprises américaines.
    Le dollar a poursuivi mercredi sa marche en avant, notamment face à la livre
sterling, qui a touché un plus bas de 20 mois face à la monnaie américaine, à
1,4929 dollar. 
    La hausse du dollar limite l'appétit pour l'or, qui est tombé à un plancher
de trois mois à 1.147,10 dollars l'once avant de se redresser un peu. 
    Sur le marché obligataire, les rendements de nombreuses obligations
souveraines de la zone euro sont orientés à la baisse. Celui du Bund allemand à
10 ans est tombé mercredi sous les 0,2% pour la première fois
avant de remonter un peu.
    
    Tableau des principaux marchés mondiaux 
    

 (Patrick Vignal pour le service français)