L'Allemagne pourrait avoir du mal à acheter sa part du QE

mercredi 11 mars 2015 17h33
 

* Les obligations allemandes éligibles au QE se raréfient

* La Buba risque de devoir acheter des échéances plus longues

* La BCE pourrait devoir modifier les critères d'éligibilité

par Emelia Sithole-Matarise et Marius Zaharia

LONDRES, 11 mars (Reuters) - La banque centrale allemande pourrait rapidement constater qu'il n'y a pas assez d'obligations sur le marché pour lui permettre d'assurer sa part des achats de titres souverains promis par la Banque centrale européenne (BCE), car la chute des rendements de ces titres réduit l'encours de Bunds éligibles à ce plan.

La Bundesbank (Buba), la plus influente banque centrale nationale de la zone euro, devrait assurer la part la plus importante des quelque 1.140 milliards d'euros d'achats prévus par le programme d'assouplissement quantitatif ("quantitative easing", QE) de la BCE, mis en oeuvre lundi.

Elle n'a pas précisé quel montant elle prévoyait d'y consacrer au cours des 19 mois du programme mais des analystes estiment celui-ci à environ 214 milliards d'euros sur la base des contributions de chacun des Etats membres au capital de la BCE.

Un tel objectif semble déjà difficile à atteindre, la BCE ayant fixé des règles qui empêchent l'achat de titres dont le rendement serait inférieur à son taux des dépôts, soit -0,2%, et interdisent l'achat de plus de 25% d'une émission donnée.

"Le champ des obligations achetables est en train de fondre comme neige au soleil de printemps", dit Ciaran O'Hara, responsable de la stratégie de Société générale. "Notre hypothèse, c'est que la Buba ne remplira pas son quota."   Suite...