11 mars 2015 / 15:32 / il y a 2 ans

La Grèce et ses créanciers planchent sur les réformes

* Athènes et ses créanciers discutent à Bruxelles

* Une première réunion sur les méthodes de travail

* Les détails des réformes seront abordés plus tard

par Jan Strupczewski et Renee Maltezou

BRUXELLES/ATHENES, 11 mars (Reuters) - Des représentants de la Grèce et de ses créanciers internationaux discutent mercredi à Bruxelles pour rechercher un accord sur les réformes qu'Athènes doit mettre en oeuvre pour bénéficier d'un financement supplémentaire.

Les négociations, qui ont débuté à 13h00 GMT, sont les premières du genre depuis l'arrivée au pouvoir fin janvier du gouvernement d'Alexis Tsipras, élu sur la promesse de la fin des mesures d'austérité imposées en échange des quelque 240 milliards d'euros prêtés à la Grèce depuis 2010.

Des responsables européens ont prévenu toutefois qu'il ne fallait rien attendre de spectaculaire de la réunion de mercredi, durant laquelle le chapitre des réformes pourrait même ne pas être abordé.

"Ils parleront des méthodes de travail", a expliqué un responsable européen. "Ils doivent décider par où commencer et c'est pourquoi la réunion ne devrait pas durer très longtemps. Elle devrait être bouclée ce soir ou demain (jeudi)".

Les discussions concrètes sur les réformes qu'Athènes doit mener pour recevoir de ses créanciers les 7,2 milliards conditionnés à un accord sur le plan d'aide devraient être au menu des réunions à venir.

"Ces discussions doivent permettre de progresser vers la spécification de la liste des réformes envisagées par les autorités grecques afin d'aboutir à un accord à la fin du mois d'avril au plus tard", a déclaré Mina Andreeva, porte-parole de la Commission européenne.

ATHÈNES S'ENGAGE SUR 70% DES RÉFORMES

Le temps presse parce que la Grèce pourrait se retrouver à court de liquidités à la fin du mois en cours et donc dans l'impossibilité d'honorer ses créanciers, à moins d'obtenir de nouveaux prêts en provenance de la zone euro.

Parallèlement aux réunions de Bruxelles, des équipes techniques du gouvernement grec et des créanciers discuteront à Athènes afin de pouvoir y consulter toutes les données nécessaires.

"On ne s'attend pas à voir la Grèce mettre en oeuvre 100% des réformes envisagées par le plan d'aide, aucun pays bénéficiant d'un plan d'aide ne l'a jamais fait, mais ils devront s'engager à en mener une majorité significative, disons les 70% qui ont été mentionnés", a déclaré le responsable européen.

Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, a déclaré le mois dernier aux parlementaires qu'Athènes envisageait de mener à bien 70% des réformes exigées dans le cadre du plan d'aide.

Les ministres des Finances de la zone euro ont approuvé fin février le plan de réformes présenté par Athènes, ouvrant la voie à une prolongation de quatre mois du programme d'aide financière dont bénéficie le pays.

Athènes s'est engagé notamment à ne pas revenir sur les privatisations en cours ou achevées, à ne pas laisser filer le déficit budgétaire, à améliorer la collecte de l'impôt et à lutter contre la corruption.

"Ces réformes, de même que des dizaines d'autres, feront partie d'un plan national pour la reconstruction et la croissance que le gouvernement présentera d'ici au mois d'avril", a déclaré un responsable grec.

Patrick Vignal pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below