LEAD 1-Spie sera attentif aux actifs qu'Areva pourrait céder-PDG

mercredi 11 mars 2015 11h52
 

* Il est prématuré de dire quels actifs pourraient être vendus-PDG

* Spie vise toujours une IPO, mais le calendrier n'est pas arrêté

* Poursuite de la croissance externe, dès les semaines à venir (Actualisé avec précisions)

PARIS, 11 mars (Reuters) - Spie regardera attentivement les actifs qu'Areva pourrait mettre en vente dans le cadre de sa restructuration, mais il est prématuré d'évoquer précisément lesquels pourraient être concernés, a déclaré mercredi le PDG de la société d'ingénierie électrique, pour qui la croissance externe reste une priorité.

Areva a officialisé la semaine dernière de lourdes pertes au titre de 2014 et annoncé un programme d'économies d'un milliard d'euros à l'horizon 2017. Le spécialiste public du nucléaire prévoit de présenter d'ici à la publication de ses comptes semestriels fin juillet un plan de financement pour la période 2015-2017 qui inclura un programme de cessions d'actifs supérieur à 450 millions d'euros.

"Ils ont un sujet de réduction de coûts, donc on est attentif à cela", a déclaré Gauthier Louette en réponse à une question sur un intérêt de la société d'ingénierie électrique pour les futurs cessions d'Areva. "Après, quant à savoir les actifs qu'ils céderaient éventuellement, et ceux auxquels on pourrait s'intéresser, c'est vraiment très très tôt pour le dire. Je ne connais pas suffisamment le détail de ce qu'ils veulent faire."

Spie travaille déjà avec Areva et EDF dans le nucléaire. Deux de ses sites d'ingénierie en France réalisent l'essentiel de leur activité pour EDF. Le groupe s'occupe de la maintenance mécanique des matériels tournants sur plusieurs sites nucléaires et dispose de deux contrats de démantèlement d'installations sur les centrales de Creys-Malville ou du Bugey.

Le groupe a réalisé l'an dernier 46% de son chiffre d'affaires - hors nucléaire et oil & gas - en France, contre 54% en 2013. En incluant le nucléaire et l'oil & gas, la France a représenté 50% des ventes en 2014, contre plus de 58% l'année précédente.

Spie, contraint de reporter son introduction en Bourse en octobre dernier faute d'un attrait suffisant des investisseurs, a indiqué qu'une IPO demeurait un objectif stratégique, mais que son calendrier n'était toujours pas arrêté. Prié de dire si le projet pouvait être relancé dès cette année, Gauthier Louette a refusé de faire d'autres commentaires.   Suite...