Zone euro-Les banquiers n'entrevoient pas de consolidation

mardi 10 mars 2015 13h40
 

PARIS, 10 mars (Reuters) - Plusieurs grands banquiers ont souligné mardi que la régulation rendait impossible la consolidation du secteur souhaitée par la Banque centrale européenne.

Au cours d'une conférence organisée par l'hebdomadaire The Economist, Yves Mersch, membre du directoire de la BCE, a estimé que les établissements de crédit étaient trop nombreux dans la zone euro .

"L'un des moyens pour les banques d'augmenter leurs profits sans rogner sur l'investissement, c'est davantage de véritable efficacité opérationnelle", a-t-il dit. "Dans ce contexte (...), je pense que le temps est venu pour une consolidation."

Depuis le 4 novembre, la BCE assume la supervision des plus grandes banques de la zone euro, une décision qui s'inscrit dans la cadre de l'élaboration d'une "union bancaire" destinée à mieux anticiper et gérer la survenue de nouvelles crises financières.

Le directeur du contrôle des risques de la banque allemande Commerzbank, Stefan Schmitmann, a de son côté exclu de grandes opérations à court terme tant que les banques devront faire face à des réglementations toujours plus nombreuses:

"Je doute qu'un établissement à l'heure actuelle soit en mesure d'en absorber un autre tout en se conformant aux exigences réglementaires."

Bien que des régulateurs - et plusieurs ONG - s'inquiètent de la taille acquise par certains établissements ces dernières années, la BCE souhaite voir des rapprochements dans le secteur pour faciliter l'harmonisation du coût du crédit dans l'ensemble de la zone euro.

Philippe Bordenave, directeur général délégué de BNP Paribas , a jugé que la consolidation en Europe avait pris du retard par rapport à celle intervenue aux Etats-Unis compte tenu de la frilosité des régulateurs vis-à-vis des très grandes banques.

"L'Union bancaire est conçue pour favoriser la consolidation mais en pratique les régulateurs n'aiment pas les grands établissements, ce qui va freiner le processus", a-t-il dit. (Leigh Thomas, avec Matthias Blamont, édité par Jean-Michel Bélot)