La Bourse de Paris-Les valeurs du jour lundi (clôture)

lundi 9 mars 2015 18h19
 

* Valeurs qui se traitent ex-dividende 
    * Le point sur les marchés européens 

    PARIS, 9 mars (Reuters) - Les valeurs du jour vendredi à la
Bourse de Paris, qui a clôturé en baisse, plombée par les
valeurs télécoms ainsi que par des prises de profits après cinq
semaines de hausse, alors que la BCE a entamé en douceur ses
achats d'obligations. 
    L'indice CAC 40 a reculé de 0,55% à 4.937,20 points,
également pénalisé par la baisse de 2,1% des exportations
allemandes en janvier :
    
    * Les valeurs TÉLÉCOMS ont fortement baissé à la veille
d'une conférence de presse d'Iliad, les investisseurs
craignant une relance de la guerre des prix entre les
opérateurs. 
    ORANGE (-5,73% à 15,04 euros) a accusé la plus
forte baisse du CAC 40, imité par NUMERICABLE-SFR 
(-9,68% à 54,20 euros) sur le SBF 120. BOUYGUES
, maison mère de Bouygues Telecom, a reculé de 3,52% à
35,095 euros et ILIAD de 4,05% à 220,30 euros.    
    
    * EDF a perdu 2,82% à 22,265 euros, après des
propos de la ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène
Royal, qui a déclaré qu'une fusion d'EDF et d'AREVA 
(-1,5% à 9,147 euros) faisait partie des hypothèses envisagées
par le gouvernement dans le cadre de sa réflexion sur l'avenir
de la filière énergétique en France. 
    
    * LAFARGE a cédé 1,32% à 64,41 euros. Le cimentier
suisse Holcim (+0,81%) s'est retrouvé lundi sous la
pression de son plus gros actionnaire qui réclame, selon la
presse helvétique, une révision des termes de la fusion avec
Lafarge. 
    
    * Le secteur de L'IMMOBILIER européen (-1,25%) a
enregistré la plus forte baisse sectorielle en Europe, JPMorgan
jugeant limités les effets sur le secteur des politiques
d'assouplissement quantitatif (QE) menées actuellement en Europe
sans amélioration des fondamentaux. 
    KLEPIERRE a fini en repli de 2,15% à 42,52 euros,
UNIBAIL-RODAMCO de 1,68% à 249,10 euros et FONCIÈRE
DES RÉGIONS de 0,91% à 87,01 euros.
    
    * En revanche, le SECTEUR des RESSOURCES DE BASE 
(+0,8%) a signé la plus forte hausse sectorielle en Europe dans
le sillage des cours des métaux (Le cuivre gagnant 2,1%
vers 18h) face aux espoirs d'une augmentation de la demande
chinoise.
    ARCELORMITTAL a pris 1,74% à 10,03 euros, plus
forte hausse du CAC 40, et APERAM 2,36% à 35,715
euros.
    
    * RENAULT a grimpé de 1,23% à 86,95 euros. Des
analystes soulignent le potentiel de hausse de la valeur au
regard de l'amélioration attendue par le marché des résultats du
groupe automobile.
    
    * INNATE PHARMA (+6,25% à 10,88 euros) a enregistré
la plus forte hausse du SBF 120. La société
spécialisée dans le développement des anticorps thérapeutiques
innovants contre le cancer et les maladies inflammatoires a
annoncé qu'elle collaborait avec NCIC CTG, groupe coopératif
dans le domaine des essais cliniques, à l'essai de phase I/II de
l'IPH2201 dans le traitement du cancer de l'ovaire. (Le
communiqué: bit.ly/1wTsyPJ)

    * EIFFAGE a progressé de 3,7% à 54,15 euros et
continué, selon des traders, de profiter de ses "excellents"
résultats publiés fin février. Le titre est soutenu aussi par la
perspective d'un accord entre l'Etat et les concessionnaires
d'autoroutes. et 
    
    * AIR FRANCE-KLM (+1,95% à 7,166 euros) a annoncé
avoir transporté 5,4 millions de passagers en février, un
chiffre en hausse de 0,8% sur un an. Stable, le coefficient
d'occupation ressort à 81,9%. 
    
    * GENFIT a perdu 6,67%, à 55,13 euros, après une
perte de plus de 9% du titre enregistrée vendredi. Oddo
Securities juge élevé le niveau de risque sur la valeur de la
société biopharmaceutique avant les résultats d'une étude sur le
NASH, le traitement phare de l'entreprise de biopharmaceutique
. La valeur affiche encore un gain de 46,3%
depuis le début de l'année.
    
    * OL GROUPE a bondi de 18,18% à 6,50 euros dans des
volumes ayant représenté 10,8 fois leur moyenne quotidienne des
trois derniers mois sur Euronext, une nouvelle victoire du club
rhodanien en championnat rapprochant ce dernier d'une
qualification pour la Ligue des Champions qui représente une
importante source de revenus pour les clubs de football
européens. 

 (Alexandre Boksenbaum-Granier, Raphaël Bloch et Raoul Sachs,
édité par Jean-Michel Bélot)