Auchan accuse un nouveau recul en France, les résultats chutent

lundi 9 mars 2015 11h16
 

PARIS, 9 mars (Reuters) - Auchan a publié lundi des résultats annuels en forte baisse, plombés par un nouveau recul de ses ventes en France, par la crise en Russie et d'importantes dépréciations d'actifs.

Cinquième distributeur en France et troisième français à l'international derrière Carrefour et Casino , Auchan a vu ses ventes 2014 grimper de 14,7% (à taux de change constants) à 53,454 milliards d'euros grâce à la consolidation à 100% de sa coentreprise chinoise Sun Art Retail .

Mais retraité de cette consolidation et à magasins comparable, ses ventes ont reculé de 1,0%.

En France, où le groupe réalise près de 40% de ses ventes, le chiffre d'affaires a encore reculé de 2,2%, les baisses de prix massives opérées en début d'année pour reconquérir des parts de marché perdues face à la concurrence n'ayant pas encore produits leurs effets vertueux.

Ces chiffres contrastent avec ceux de Carrefour, qui a vu ses ventes progresser en 2014 dans l'ensemble de ses formats en France, ayant entamé ses baisses de prix plus tôt, tandis que Casino est lui aussi resté à la peine.

Le distributeur nordiste, propriété de la famille Mulliez, est également touché de plein fouet par la crise russe et la guerre en Ukraine. Numéro trois de la distribution en Russie derrière Magnit et X5 Retail, Auchan y détient 82 hypermarchés et 130 supermarchés. Il compte aussi 11 hypermarchés en Ukraine.

La dépréciation du rouble et de la hryvnia ukrainienne a généré "un effet de change défavorable significatif de 2,9%", indique le groupe dans un communiqué.

Le résultat d'exploitation accuse une baisse de 13% à 1,16 milliard d'euros (à changes constants), des dépréciations d'actifs de 1,066 milliard d'euros ayant plus que compensé diverses plus-values, et le résultat net part du groupe chute de 22,0% à 574 millions d'euros.

"Dans un environnement inégal et marqué par une évolution rapide des taux de change, nous avons réalisé une performance en deçà des attentes", relève Vianney Mulliez, président du conseil d'administration du groupe, estimant que les "politiques de redressement initiées en France et en Italie devraient commencer à porter leurs fruits en 2015".   Suite...