Wall Street ouvre en baisse après les chiffres de l'emploi

vendredi 6 mars 2015 15h43
 

* Pour les valeurs à suivre, cliquez sur 

    NEW YORK, 6 mars (Reuters) - La Bourse de New York a ouvert
vendredi en baisse après la publication de chiffres qui
confirment le raffermissement du marché de l'emploi aux
Etats-Unis.
    Sans grand changement jusqu'à la publication de cet
indicateur, les futures sur les indices de Wall Street ont
d'abord progressé puis sont passés dans le rouge, les
investisseurs craignant sûrement que ces bons chiffres
n'incitent la Réserve fédérale à relever ses taux d'intérêt dès
le mois de juin.
    A l'ouverture, le Dow Jones perdait 38,28 points,
soit 0,21%, à 18.097,44. Le Standard & Poor's 500, plus
large, reculait de 0,24% à 2.095,95 et le Nasdaq Composite
 cédait 0,29% à 4.968,33.
    Les créations d'emploi non-agricoles le mois dernier se
chiffrent à 295.000 contre 239.000 le mois précédent, ce dernier
chiffre étant révisé à la baisse, a annoncé le département du
Travail. Les économistes attendaient en moyenne 240.000
créations d'emploi en février. Le taux de chômage est ressorti à
5,5% après 5,7% en janvier, un chiffre meilleur que le consensus
de 5,6%. 
    Après la publication de ces chiffres, qui confirment
l'amélioration du marché de l'emploi de la première économie du
monde, le dollar a progressé de 1% par rapport à un panier de
devises de référence, faisant chuter l'euro sous la barre
de 1,09 dollar pour la première fois depuis septembre 2003.
 
    Aux valeurs à Wall Street, Apple prenait autour de
1% dans les premiers échanges après l'annonce de l'entrée
prochaine du géant de la technologie, plus grosse capitalisation
boursière mondiale, dans l'indice Dow Jones à la place de AT&T
, dont l'action reculait de près de 1%.
    Le spécialiste des fournitures de bureau Staples 
perdait 2,5% après avoir fait état d'une baisse de 3,7% de son
chiffre d'affaires trimestriel. 
    Les valeurs bancaires sont en première ligne après la
publication, jeudi, des résultats de la première partie des
tests de résistance de la Réserve fédérale. Bank of America
 prenait plus de 2% peu après l'ouverture.

 (Chuck Mikolajczak; Patrick Vignal pour le service français)