March 3, 2015 / 12:57 PM / 2 years ago

BOURSE-Vallourec bondit, une cible potentielle selon Macquarie (actualisé)

5 MINUTES DE LECTURE

* Macquarie souligne notamment la décote du titre

* Macquarie identifie Tenaris et Nippon Steel Sumitomo Metal comme acquéreurs potentiels

* Vallourec n'a souhaité faire aucun commentaire dans l'immédiat

* Vallourec gagne près de 7%, en tête des hausses du SBF 120

* Le reste du secteur suit en Bourse (Actualisé avec précisions et graphique)

par Alexandre Boksenbaum-Granier et Blaise Robinson

PARIS, 3 mars (Reuters) - L'action Vallourec a accéléré sa hausse en fin de matinée mardi à la Bourse de Paris, où le groupe parapétrolier signe la plus forte progression de l'indice SBF 120, une note de Macquarie envisageant le rachat du groupe français alimentant les spéculations sur une consolidation du secteur.

A 13h25, le titre grimpe de 6,76% à 23,135 euros dans des volumes représentant 1,4 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext, après être tombé fin janvier à un plus bas de près de 10 ans, à 17,98 euros suite à la chute des cours du pétrole. Le SBF 120 est stable (+0,02%).

La capitalisation boursière du producteur de tubes sans soudure en acier ne représente plus qu'un peu plus de trois milliards d'euros, contre 12,8 milliards en juin 2007.

Graphique de la capitalisation boursière de Vallourec:

bit.ly/1BCjcrH

"Il y a une note de Macquarie qui dit que Vallourec pourrait être racheté par Tenaris ou Nippon Steel Sumitomo Metal", commente un vendeur actions en poste à Paris.

Selon Macquarie, la décote du titre et l'attractivité présentée par le groupe à long terme sur des marchés clés (Etats-Unis, Brésil, Moyen-Orient) font de Vallourec une cible de rachat potentielle.

Macquarie dit avoir identifié deux prédateurs, l'italien Tenaris et le japonais Nippon Steel Sumitomo Metal , les deux groupes ayant montré leur intérêt pour accroître leur exposition au segment haut de gamme dans l'OCTG (tubes et connexions pour l'équipement des puits de pétrole et de gaz, NDLR).

marché De Niche

Joint par Reuters, Vallourec, qui a fait état la semaine dernière d'une perte nette au titre de 2014, en raison de dépréciations d'actifs liées à la dégradation des marchés pétroliers, n'a souhaité faire aucun commentaire dans l'immédiat.

Philippe Crouzet, président du directoire de Vallourec, avait indiqué à la presse le 24 février, à l'occasion des résultats annuels de son groupe, que le segment OCTG était un marché de niche et que la consolidation sur des marchés avec peu d'acteurs n'était pas "simple".

"On assiste à une consolidation importante en cours dans le secteur des services entre Halliburton et Baker Hugues, qui d'ailleurs avait commencée avant la chute du baril. Mais là c'est différent, ce sont des portefeuilles d'activités qui étaient il faut croire très complémentaires", avait déclaré le dirigeant.

Le groupe américain Halliburton a annoncé en novembre dernier le rachat de son compatriote Baker Hughes pour 34,6 milliards de dollars (31 milliards d'euros) afin de créer un nouveau géant du secteur.

"Je ne dis pas que les sociétés de services ne s'intéresseront pas un jour aux OCTG mais, pour le moment, elles ne s'y intéressent pas trop et il n'y a pas de précédent des sociétés de services qui se soient intéressées à une société OCTG", avait ajouté Philippe Crouzet.

spéculations récurrentes Autour D'une Consolidation

Dans le sillage de Vallourec, les autres valeurs parapétrolières sont recherchées en Bourse, de plus en plus d'investisseurs se montrant plus optimistes pour le secteur après la baisse de leurs cours en Bourse et misant également sur une concentration dans le secteur.

CGG, souvent cité comme cible potentielle, avance de 6,02%, Maurel et Prom de 3,21%, Technip de 2,93% et l'indice sectoriel européen de Thomson Reuters grimpe de 3,14%. L'italien Tenaris avance de 1,58%.

Début février, des traders avaient déjà estimé que Vallourec pourrait être la prochaine cible dans le secteur parapétrolier.

"Les effets de la chute des cours du pétrole sur les investissements des compagnies pétrolières et les niveaux de valorisations actuels alimentent les spéculations sur des rapprochements dans le secteur", avait alors déclaré un trader parisien à Reuters.

"Après l'échec entre Technip et CGG, le nom de Vallourec fait partie de ceux cités parmi les cibles potentielles", avait précisé le trader parisien.

Technip avait dévoilé le 20 novembre un projet de rachat de CGG avant de finalement l'abandonner mi-décembre, le groupe de services pétroliers français précisant que les discussions avec son concurrent n'avaient "pu aboutir à un quelconque accord". (Avec Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below