LEAD 2-Le Nasdaq à plus de 5.000, nouveaux records pour Dow et S&P

lundi 2 mars 2015 23h31
 

(Actualisé avec des précisions, éléments de change et
obligataires)
    par Chuck Mikolajczak et Sinead Carew
    NEW YORK 2 mars (Reuters) - Wall Street a terminé en hausse
une séance qui a vu le Nasdaq finir au-dessus des 5.000 points
pour la première fois depuis la bulle internet de l'an 2000 et
le Dow Jones et le S&P-500 terminer sur de nouveaux records, en
dépit d'un ensemble d'indicateurs économiques mitigés voire
contradictoires.
    Ces statistiques n'ont pas empêché le dollar d'inscrire un
pic de 11 ans contre un panier de monnaies, tandis que
plusieurs opérations de fusion et acquisition (M&A) sont venues
soutenir la Bourse. 
    Le fabricant de semiconducteurs NXP a conclu le
rachat de son concurrent Freescale pour un montant de
11,8 milliards de dollars, donnant une entité à la
capitalisation boursière cumulée de 40 milliards de dollars; NXP
a bondi de plus de 17% et Freescale a inscrit un gain de près de
12%. 
    Par ailleurs, Hewlett-Packard a annoncé
l'acquisition d'Aruba Networks, un fournisseur
d'équipements pour les réseaux WiFi, pour environ 2,7 milliards
de dollars, soit son rachat le plus important depuis
l'acquisition du britannique Autonomy en 2011. 
    HP a grignoté 0,23% et Aruba a cédé 0,64%. Le concurrent
Cisco Systems a bondi de 2,3%.   
    L'indice Dow Jones a gagné 155,93 points (0,86%) au
record de 18.288,63 points. Le S&P-500 a pris 12,89
points (0,61%) au pic de 2.117,39 points. Le Nasdaq Composite
 a gagné 44,57 points (0,9%) à 5.008,096, après un pic de
5.008,567 en séance, terminant au-dessus des 5.000 pour la
première fois depuis le 10 mars 2000. C'est la troisième fois
seulement que le Nasdaq Composite termine au-dessus de la barre
des 5.000.
    Les fondamentaux des technologiques, le plus gros segment du
Nasdaq, sont suffisamment bons pour permettre à l'indice de
rester au-dessus de 5.000, a estimé Peter Jankovskis (OakBrook
Invesments).
    "On a le gros coup de pouce à cause des M&A", a dit Douglas
Depietro (Evercore ISI). "Pour ce qui concerne la suite de la
semaine, on pourrait marquer une petite pause parce qu'on attend
les statistique de vendredi, lesquelles pourraient nous dire
quelque chose sur ce que fera la Fed quant aux taux d'intérêt". 
    
    CHÈRES MAIS PAS TROP    
    Plusieurs statistiques sont tombées durant la séance. 
    L'indice ISM de l'activité manufacturière aux Etats-Unis a
reculé en février à 52,9, un plus bas depuis janvier 2014, et
s'est révélé inférieur au consensus, tout en montrant que le
secteur manufacturier reste en croissance. 
    Un autre indice mesurant l'activité manufacturière, celui de
Markit, dit au contraire que la croissance s'est accélérée en
février pour atteindre son rythme le plus rapide depuis octobre.
 
    Enfin, les dépenses de construction ont fléchi de manière
inattendue en janvier sous la coup de la baisse conjuguée des
dépenses privées et publiques, tandis que les dépenses des
ménages américains ont reculé en janvier pour le deuxième mois
consécutif.  
    "L'argent continue de couler à flot dans le marché parce que
les taux d'intérêt sont bas et même si les actions deviennent un
peu chères, elles ne le sont pas exagérément", observe Stephen
Massocca (Wedbush Equity Management). 
    Deux autres opérations de fusion ont fait le bonheur des
boursiers ce lundi.
    L'équipementier médical Boston Scientific a annoncé
le rachat des produits urologiques d'American Medical Systems
(AMS), filiale d'Endo International, pour 1,65 milliard
de dollars au plus. 
    Boston Scientific prend près de 1% et Endo 2%.
    Cardinal Health a annoncé l'acquisition de Cordis,
filiale de Johnson & Johnson spécialisée dans les
technologies d'intervention vasculaire, pour 1,94 milliard de
dollars. 
    Cardinal Health progresse de 1,7%.
    Au rang des dégringolades de la journée, Lumber Liquidators
Holdings a plongé de plus de 25%, en raison d'un magazine
télévisé suivant lequel ses produits ne respectent pas les
normes de sécurité en vigueur en Californie, ce que le
spécialiste des parquets dément. Les transactions avaient été
suspendues durant la plus grande partie de la matinée. 
    
     $22 MILLIARDS POUR ACTAVIS
    Quelque 6,43 milliards de titres ont changé de mains contre
une moyenne de 6,3 milliards au cours des cinq dernières
séances, selon BATS Global Markets. On compte sur le Nyse 1.851
hausses contre 1.214 baisses et sur le Nasdaq 1.792 hausses pour
960 baisses.
    Sur le marché des changes, le dollar a atteint 95,514 face à
un panier de monnaies, soit son plus haut depuis septembre 2003.
    "La tendance à long terme du dollar est vers le haut mais il
subit actuellement une certaine consolidation", explique Paul
Christopher (Well Fargo). 
    "On pense de plus en plus que l'Europe et le Japon vont voir
leur croissance s'améliorer cette année, ce qui réduira la
distance avec les Etats-Unis".
    Sur le marché des Treasuries, les rendements ont monté, les
adjudications d'emprunts de sociétés -- et notamment les 22
milliards de dollars d'Actavis, le deuxième emprunt le
plus gros jamais placé par une entreprise -- ayant pesé sur les
cours. 
    Il est probable que d'autres sociétés vont elles aussi
songer à emprunter avant que la Réserve fédérale ne commence à
relever les taux, ce que certains attendent pour juin.

 (Wilfrid Exbrayat pour le service français)