Rebekah Brooks pourrait faire son retour chez News Corp-source

lundi 2 mars 2015 13h53
 

LONDRES, 2 mars (Reuters) - Rebekah Brooks, ex-directrice des journaux britanniques du groupe News Corp de Rupert Murdoch, contrainte à la démission en 2011 par une affaire d'écoutes téléphoniques, pourrait faire son retour dans l'empire de presse de son ancien mentor, apprend-on lundi de source au fait des discussions.

L'ancienne directrice avait dû quitter News Corp en juillet 2011 face au tollé suscité par la révélation de la mise sur écoutes téléphoniques d'un très grand nombre de personnes par le personnel du tabloïd aujourd'hui défunt News of the World pour obtenir des informations exclusives.

Rebekah Brooks, 46 ans, est en négociations pour un poste centré sur les médias sociaux et l'information numérique, dit-on de source au fait des discussions.

Elle serait sans doute basée au Royaume-Uni et travaillerait avec Storyful, société achetée en 2013 par News Corp et dont l'activité est de découvrir et de vérifier les informations diffusées sur les réseaux sociaux. Le patron de Storyful restera en place, précise-t-on.

Partie du bas de l'échelle au sein d'une des rédactions du groupe News Corp, Rebekah Brooks était devenue, avant son départ précipité de News Corp, directrice des publications du journal dominical News of the World et du quotidien The Sun, ainsi que directrice générale de la société News International, branche britannique du groupe, désormais rebaptisée News UK.

A l'issue d'un procès de huit mois, Rebekah Brooks a été déclarée en juin 2014 non coupable des accusations portées à son encontre, et notamment d'avoir participé au piratage de lignes téléphoniques dans le but de publier des informations exclusives, d'avoir autorisé des versements illégaux à des officiers publics et d'avoir tenté de faire obstacle à l'enquête de la police. (Kate Holton; Danielle Rouquié pour le service français, édité par Tangi Salaün)