** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la mi-séance en Europe **

lundi 2 mars 2015 12h51
 

* Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris 
    * Les valeurs à suivre à Wall Street : 

    PARIS/LONDRES, 2 mars (Reuters) - Les Bourses européennes se maintiennent
autour de leurs récents records lundi à mi-séance, à l'exception de Paris, après
l'amélioration de l'activité industrielle dans les grands pays d'Europe, sauf en
France. 
    Les grands indices paneuropéens évoluent à leurs plus hauts niveaux depuis
mi-2008 après avoir démarré 2015 en trombe. Dopés par la perspective de la mise
en place ce mois-ci d'un de rachats massifs d'obligations souveraines par la
Banque centrale européenne, ils ont gagné 14% sur les deux premiers mois de
l'année.
    À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,42% à 4.930,53 points vers
11h25 GMT. À Francfort en revanche, le Dax prend 0,17% et à Londres, le
FTSE progresse de 0,21%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 
cède 0,1% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 0,09%. 
    La Bourse d'Athènes cède 0,87%, tirée vers le bas par ses banques en
dépit de signes d'apaisement sur le dossier de la dette grecque. L'indice
bancaire local chute de plus de 6,5%.
    Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a dit que les créanciers
du pays pourraient lui verser d'ici un mois une partie des 7,2 milliards d'euros
auxquels elle a encore droit dans le cadre du plan d'aide en cours à condition
qu'Athènes commence à mettre en oeuvre les réformes nécessaires. 
    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street
en légère hausse, de 0,1% à 0,2%.
    L'activité des fusions et acquisitions anime la cote depuis l'ouverture,
notamment dans les télécoms, dont l'indice européen progresse de 0,4%. 
    Telecom Italia prend 1,7% en réaction aux déclarations du PDG
d'Orange sur l'intérêt d'un éventuel rapprochement. 
    Vivendi en revanche perd 4,9% et pèse sur le CAC 40, le marché
sanctionnant l'annonce de la vente de sa part résiduelle dans l'opérateur SFR à
un prix jugé peu attractif, ainsi qu'une redistribution aux actionnaires plus
faible qu'espéré. Le groupe a décidé de céder à Altice (+7%) sa part
résiduelle dans Numericable-SFR (+6,64%). 
    Lafarge pèse aussi sur la tendance à Paris, avec une baisse de
2,5% du titre. Selon un journal suisse, Holcim envisage d'accorder une
prime exceptionnelle à ses actionnaires pour tenter de remporter leur adhésion
au projet de fusion avec le groupe français. 
    Sur le plan économique en zone euro, l'optimisme croissant des investisseurs
a été conforté en outre par l'annonce d'un taux de chômage en baisse, d'une
baisse des prix moins forte que prévu et d'une poursuite de la croissance du
secteru manufacturier au vu des indices PMI Markit. 
  
    Ils attendent maintenant les résultats définitifs des enquêtes Markit auprès
des directeurs d'achats dans le secteur manufacturier aux Etats-Unis, avec
l'indice ISM manufacturier et les revenus et dépenses des ménages américains en
janvier. 
    Le baril de Brent est passé sous les 62 dollars, en baisse de plus de 2%,
affaibli par la fermeté du dollar, qui a atteint un pic de 11 ans suite à la
baisse des taux directeurs en Chine, et par l'annonce d'une hausse de la
production libyenne.
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Avec Francesco Canepa, Juliette Rouillon pour le service français, édité par
Marc Angrand)