February 26, 2015 / 8:19 AM / 2 years ago

LEAD 1-Déficit-Le gouvernement français écarte toute hausse d'impôts

3 MINUTES DE LECTURE

(Actualisé avec nouveaux éléments et contexte)

PARIS, 26 février (Reuters) - Le porte-parole du gouvernement français a écarté jeudi toute nouvelle hausse d'impôts dans le cadre des efforts budgétaires supplémentaires réclamés par la Commission européenne.

"C'est très clair, il n'y aura pas de hausse d'impôts", a déclaré Stéphane Le Foll sur France 2. "Des économies seront faites dans tous les secteurs", à l'exception du budget de la Défense qui a été sanctuarisé, a-t-il ajouté.

La Commission a demandé mercredi à la France d'accentuer son effort budgétaire pour le porter à 0,5 point de PIB cette année au lieu de 0,3 estimé actuellement.

Le gouvernement doit donc trouver 0,2 point de PIB supplémentaire, soit environ 4 milliards d'euros.

La Commission a précisé que la situation budgétaire de la France serait réévaluée dans les prochains mois, tout en prônant de reporter à 2017 l'obligation de ramener le déficit public sous la limite de 3% du PIB, soit un nouveau délai de deux ans.

Cette nouvelle date est conforme à la trajectoire actuelle de finances publiques du gouvernement, qui prévoit un déficit ramené à 2,8% fin 2017, soit après l'élection présidentielle.

La France prévoit pour l'instant de réduire son déficit public à 4,1% fin 2015, après 4,4% estimé pour l'instant pour 2014, un chiffre qui devrait finalement être un peu meilleur.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a estimé mercredi à propos de cette réduction de 0,5 point du déficit cette année qu'"il n'y aura pas, me semble-t-il, de difficulté majeure".

"Nous prendrons les décisions qu'il faut", a-t-il dit, en précisant qu'il se rendrait le 18 mars à Bruxelles pour rencontrer la Commission européenne.

Le ministre des Finances, Michel Sapin, a confirmé que la France consentirait bien un effort structurel de 0,5%.

Des travaux sont en cours au sein du gouvernement pour éviter une dérive des comptes, en particulier liée à une inflation bien plus faible que prévue, notamment de nouveaux gels de crédits. (Marine Pennetier, édité par Jean-Baptiste Vey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below