Les offres de reprise de la SNCM soumises le 3 mars à Bruxelles

mercredi 25 février 2015 21h09
 

MARSEILLE, 25 février (Reuters) - Les trois offres fermes de reprise de la SNCM ont été présentées mercredi au comité d'entreprise de la compagnie maritime et seront soumises le 3 mars à la Commission européenne, a-t-on appris de source syndicale.

Les trois offres sont portées par Baja Ferries, dont le siège social est à Miami, par Med Partners qui regroupe un pool d'investisseurs européens, notamment norvégiens, et par le transporteur corse Patrick Rocca.

La compagnie de ferries grecs, Attica group, a été écartée car elle n'a pas transformé sa lettre d'intention en offre ferme.

"Les offres de reprise vont être soumises par les administrateurs judiciaires et les repreneurs le 3 mars à Bruxelles", indique le syndicat CFE-CGC dans un communiqué.

"Le spectre d'une évolution à la baisse des offres pour respecter les critères de discontinuité de la commission sur le chiffre d'affaires, les personnels repris et les actifs repris plane sur le dossier", ajoute-t-il.

Les offres des candidats à la reprise restent conditionnées à la résolution des contentieux européens qui pèsent lourdement sur l'avenir de la compagnie maritime, dont l'actionnaire majoritaire est Trandev, coentreprise entre Veolia et la Caisse des dépôts.

Il s'agit de la transmission de délégation de service public (DSP) et des quelque 440 millions d'euros d'aides publiques que la Commission européenne juge illégales et dont elle réclame le remboursement.

"Dans tous les cas, se confirme la perspective d'un plan social d'ampleur où 700 à 800 personnes, soit la moitié des personnels, perdront leurs emplois, avec un possible recours à des personnels non communautaires", souligne le syndicat.

La Société nationale Corse Méditerranée (SNCM), qui assure notamment les liaisons entre la Corse et le continent, emploie 2.000 personnes, dont 1.450 en CDI. (Jean-François Rosnoblet, édité par Marine Pennetier)