25 février 2015 / 12:27 / dans 3 ans

LEAD 1-Le fonds PAI confirme sa sortie d'Atos en vendant 9% du capital

* PAI a vendu ses derniers titres au prix de 63,25 par action

* L‘action Atos perd plus de 3% en Bourse

* Atos a “démontré son rôle de consolidateur”-PAI Partners (Actualisé avec déclarations du DG de PAI Partners)

par Matthieu Protard

PARIS, 25 février (Reuters) - Le fonds PAI Partners a annoncé mercredi sa sortie du capital d‘Atos à la suite de la vente d‘un bloc de 9% du capital de la SSII française, confirmant des informations de Reuters.

PAI Partners indique dans un communiqué avoir cédé, via un carnet d‘ordres accéléré, 9,2 millions de titres au prix de 63,25 euros par action, auprès de différents investisseurs.

Cette cession d‘actions pèse sur le cours d‘Atos à la Bourse de Paris.

A 13h17, l‘action abandonne 3,42% à 63,73 euros, conférant à la SSII une capitalisation boursière de près de 6,5 milliards d‘euros.

Des traders basés à Paris avaient indiqué mardi à Reuters que PAI Partners avait engagé la vente de ses derniers 9% dans Atos.

Le fonds était entré au capital d‘Atos en juillet 2008.

“Toute la société a été profondément transformée. Nous avons accompagné cette évolution”, a déclaré à Reuters Michel Paris, le directeur général de PAI Partners, lors d‘un entretien téléphonique.

“Nous avons soutenu Thierry Breton et son équipe dans leurs décisions de fusion ou de rachat d‘un certain nombre d‘actifs sur le marché. Le résultat est qu‘aujourd‘hui Atos est très différent, en taille et en position de marché, de ce qu‘il était en 2008.”

Michel Paris n‘a toutefois pas souhaité donner le montant de la plus-value réalisée dans le cadre de son investissement dans la société.

En fin d‘année dernière, Atos a annoncé le rachat des activités informatiques de Xerox pour 840 millions d‘euros afin de tripler de taille aux Etats-Unis et de devenir l‘un des leaders mondiaux du secteur.

La SSII française a aussi racheté l‘an dernier son concurrent Bull pour 620 millions d‘euros avec l‘ambition de créer le numéro un européen du stockage de données à distance (“cloud”).

Elle n‘est en revanche pas parvenue à mettre la main sur Steria, qui a choisi de fusionner avec Sopra.

Interrogé sur les mouvements de consolidation dans le secteur des SSII, le directeur général de PAI Partners a estimé qu‘Atos ne pouvait plus être considéré comme une cible potentielle d‘acquisition.

“Atos ne peut plus être une cible”, a souligné Michel Paris. “La société a déjà largement démontré son rôle de consolidateur dans l‘industrie des services informatiques.” (Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below