CORR-Athènes ne privatisera pas son secteur de l'électricité-ministre

mercredi 25 février 2015 16h53
 

(Bien lire ADMIE et non ADIME)

ATHENES, 25 février (Reuters) - La Grèce ne procédera pas à la privatisation du principal producteur d'électricité DEI ni de l'opérateur du réseau électrique ADMIE, a dit le ministre de l'Energie Panagiotis Lafazanis, en dépit des engagements pris par Athènes de poursuivre les cessions d'actifs publics.

Les propos de Lafazanis apparaissent comme la première manifestation d'un désaccord d'un membre gouvernement grec sur le compromis passé par Athènes avec ses partenaires européens concernant la prolongation du programme d'aide financière.

La DEI a déjà lancé un appel d'offre pour la cession d'une participation de 66% dans le capital de l'opérateur du réseau électrique ADMIE et plusieurs investisseurs, dont l'entreprise publique chinoise State Grid Corporation of China (SGCC) ou l'opérateur de réseau italien Terna, ont été présélectionnés.

"L'appel d'offres pour ADMIE n'ira pas à son terme" a déclaré Lafazanis, cité par le quotidien Ethnos. "Les entreprises n'ont pas déposé d'offre contraignante, donc cela ne sera pas finalisé. C'est aussi le cas pour la DEI."

Le gouvernement Tsipras a dû édulcorer ses promesses de campagne pour obtenir de ses partenaires européens une prolongation de quatre mois du plan d'aide financière dont bénéfice le pays. Il a notamment dû s'engager à ne pas revenir sur les privatisations en cours ou réalisées.

Les privatisations dans le secteur de l'énergie sont supervisées conjointement par Lafazanis et le ministre des Finances Yanis Varoufakis, chargé de l'ensemble des cessions d'actifs. Un représentant du ministère des Finances a dit mardi que les cessions seraient examinées au cas par cas.

Le précédent gouvernement avait fait voter une loi prévoyant la scission de la DEI et la cession d'environ 30% de ses capacités de production dans le cadre d'un programme de privatisation validé avec les créanciers du pays. (Angeliki Koutantou, Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand)