Suisse-La Finma n'enquêterait plus sur HSBC

mardi 24 février 2015 14h35
 

BERNE, 24 février (Reuters) - La Finma, l'autorité de tutelle suisse des marchés financiers, ne poursuivra sans doute pas ses investigations sur la banque privée suisse de HSBC à la lumière des informations ayant fait l'objet de fuites et publiées ce mois-ci, a déclaré mardi le responsable de l'application des textes de l'autorité.

Le parquet de Genève a annoncé mercredi dernier ordonner une perquisition des locaux genevois de HSBC Holdings et ouvrir une enquête touchant à un blanchiment d'argent aggravé présumé.

En France, l'enquête ouverte sur la filiale suisse de HSBC a été clôturée par les juges le 12 février, trois jours après les révélations de plusieurs journaux, dont Le Monde, sur un système d'évasion fiscale que la banque aurait mis en place dans les années 2000, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

La Finma, qui avait déjà pris HSBC en défaut en 2010-2011 pour contrôles internes insuffisants et infractions aux directives sur le blanchiment d'argent, a dit qu'elle se satisfaisait des mesures de redressement prises en conséquence par la banque.

"Je ne peux pas exclure en théorie que quelque chose se présente qui pousse la Finma à s'y intéresser mais je ne pense pas que cela se produira", a dit David Wyss en conférence de presse.

La surveillance des marchés financiers doit s'exercer en fonction de problèmes actuels mais l'information ayant fait l'objet de fuites sur HSBC datait de 2006-2007, a observé Wyss.

Mais il se peut que la Finma se retrouve dans l'obligation d'agir dans la mesure où une commission parlementaire suisse a pris la décision exceptionnelle de vouloir convoquer l'autorité dans le dossier HSBC.

(Oliver Hirt, Wilfrid Exbrayat pour le service français)