Hollande mobilise les grands opérateurs contre l'antisémitisme

lundi 23 février 2015 22h52
 

PARIS, 23 février (Reuters) - François Hollande a invité lundi les grands groupes du net à se mobiliser contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme, en complément d'un plan de lutte national annoncé pour les prochains jours.

Lors du 30e dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), le chef de l'Etat a demandé un renforcement de l'arsenal contre "la haine, partout où elle se diffuse", et en particulier sur la toile.

"Il n'y a pas de haine virtuelle dès lors qu'elle se répand", a dit le président. "Les grands opérateurs doivent être mis devant leurs responsabilités."

"Quand des sites de partage de vidéos en ligne diffusent des harangues antisémites, quand en un clic sur un moteur de recherche on trouve des pages et des pages où se déploient impunément le négationnisme, alors l'indifférence devient complicité", a-t-il poursuivi.

Pour ne pas être "les complices du mal", les grands groupes comme Facebook, Google, Apple ou Twitter "doivent participer à la régulation du numérique", a-t-il insisté.

Le président a annoncé qu'il espérait réunir en avril les dirigeants de ces groupes pour "conclure un accord" visant à combattre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme à l'image de ce qui a été fait par le passé contre la pédophilie.

"Nous fixerons donc un cahier des charges clairs et précis avec les dirigeants des géants de l'internet et je vous assure que nous contrôlerons son application", a-t-il déclaré.

Alors que les actes antisémites ont doublé l'an dernier en France, le chef de l'Etat a annoncé que le Premier ministre Manuel Valls présenterait dans les "prochains jours" un plan dédié, qui complétera la loi sur le renseignement appelée à être présentée en conseil des ministres le 18 mars.

François Hollande a aussi appelé de ses voeux un renforcement des outils du droit, demandant que les paroles, les actes et les écrits incriminés ne relèvent plus du droit de la presse mais du droit pénal et qu'ils soient assortis de sanctions plus rapides et plus sévères.

Il a aussi demandé une généralisation du "caractère aggravant" des actes ou propos racistes et antisémites.

Une semaine de lutte contre le racisme et l'antisémitisme à l'école est organisée du 16 au 21 mars. (Elizabeth Pineau, édité par Tangi Salaün)