** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la clôture en Europe **

vendredi 20 février 2015 18h19
 

PARIS, 20 février (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont
terminé vendredi en petite hausse, à l'exception de la place parisienne
quasiment stable, les investisseurs se montrant prudents dans l'attente de
l'issue de la réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles sur la dette grecque.   
    À Paris, le CAC 40 a fini en repli de 2,38 points, soit 0,05%, à
4.830,90 points mais en affichant un gain de 1,5% sur la semaine. Le Footsie
britannique a pris 0,38% et le Dax allemand 0,44%, tandis que
l'indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,07% et le FTSEurofirst 300
 de 0,24%. La Bourse d'Athènes a reflué de 0,27%. 
    Au moment de la clôture en Europe, Wall Street hésitait aussi avec le Dow
Jones et le Nasdaq en légère hausse et le S&P-500 en petite baisse. 
    Les ministres des Finances de la zone euro ont poursuivi vendredi leurs
négociations sur la Grèce pour tenter de parvenir à un compromis sur la dette,
mais il faudra peut-être un sommet d'urgence dans la semaine à venir, Athènes et
Berlin semblant camper sur leurs positions. 
    A Bruxelles, le président de l'Eurogroupe Jeroen Djisselbloem a fait état de
"motifs d'optimisme" avant le début, à 15h30 GMT, de la réunion des ministres
des Finances de la zone euro sur la dette grecque.
    Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a exclu
l'éventualité d'une sortie de la Grèce de la zone euro mais selon le journal
allemand Der Spiegel la Banque centrale européenne (BCE) se prépare à une telle
éventualité.. 
    L'euro a brièvement baissé à 1,1296 contre le dollar en réaction à
cette information avant de se reprendre à 1,1365 dollar, inchangé sur la veille.
    "Je pense qu'il va y avoir un accord sur la Grèce. Nous ne croyons pas au
scénario d'une sortie de la zone euro", a commenté Nav Banwait, stratégiste chez
Thames Capital Markets. 
    En zone euro, l'accélération de la croissance de l'activité dans le secteur
privé, notamment dans le secteur des services, selon les résultats préliminaires
des enquêtes auprès des directeurs d'achats (PMI) de Markit, n'a pas réussi à
éclipser les inquiétudes autour de la Grèce. D'autant que les entreprises ont
continué à abaisser leurs prix, ce qui conforte le sentiment que la Banque
centrale européenne va avoir du mal à relancer l'inflation. 
    Sur le plan sectoriel, l'indice européen des ressources de base 
(+0,73) a enregistré la meilleure performance. L'énergie a aussi
progressé +(0,58%) avec le pétrole qui s'est stabilisé au-dessus des 60 dollars
le baril pour le Brent de mer du Nord.
    Aux valeurs à Paris, Gemalto a perdu 3,70% après avoir annoncé 
enquêter sur des informations de piratage présumé de ses cartes SIM par les
services de renseignement britanniques et américains. 
    Le marché a salué en revanche les perspectives pour 2015 du producteur de
métaux Eramet (+11,79%), plus forte hausse de l'indice SBF 120
. 
    Ailleurs en Europe, le groupe pharmaceutique danois Novo Nordisk,
s'est adjugé 4,41% après des essais positifs sur un traitement contre le diabète
de type 2. 
    La compagnie aérienne Lufthansa a chuté de 4,25% à Francfort après
avoir annoncé qu'elle ne verserait pas de dividende au titre de 2014.
 
    
   
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)