Grèce-Valls voit un signe "très encourageant" pour un accord

jeudi 19 février 2015 18h10
 

PARIS, 19 février (Reuters) - Les dernières déclarations du gouvernement grec et sa demande écrite d'une prolongation de l'accord d'assistance financière européenne constituent un "signe très encourageant" sur la possibilité d'un accord rapide entre Athènes et ses partenaires de la zone euro, a déclaré jeudi Manuel Valls.

Le Premier ministre, qui s'exprimait lors du débat sur la motion de censure déposée par l'opposition dans le cadre du recours à l'article 49-3 sur la loi Macron, a réaffirmé que la France agirait "jusqu'au bout" pour que la Grèce garde sa place dans la zone euro.

"Il faut respecter les choix du peuple grec, je le dis à tous les autres Européens, mais il faut aussi que le nouveau gouvernement grec s'inscrive pleinement et durablement dans cette Europe et dans cet euro dont la Grèce a tant besoin", a-t-il dit.

"Et je prends les toutes dernières déclarations et décisions du Premier ministre grec écrivant à l'Europe comme le signe très encourageant qu'une solution est possible et très rapidement", sur le dossier de la dette d'Athènes", a ajouté Manuel Valls.

La Grèce a adressé jeudi aux autres pays de la zone euro une demande officielle de prolongation de six mois de l'accord d'aide financière dont elle bénéficie, assortie d'importantes concessions de sa part.

L'Allemagne a réagi en estimant que toutes les conditions fixées dans le cadre du plan d'aide actuel, dont Athènes ne veut plus, n'étaient pas remplies. (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)