Rafale - L'Inde décidera du sort du méga-contrat après mars

mercredi 18 février 2015 12h24
 

BANGALORE, Inde, 18 février (Reuters) - L'Inde ne prendra une décision sur le sort du contrat pour 126 avions de combat Rafale qu'après le mois de mars, a déclaré mercredi le ministre de la Défense indien.

Dassault Aviation mène des discussions exclusives depuis trois ans avec l'Inde, mais le contrat n'est toujours pas signé, notamment en raison de divergences sur les garanties demandées au groupe français sur les 108 avions sur 126 qui seront construits en Inde par Hindustan Aeronautics.

Le comité des négociations de contrats du ministère indien de la Défense rendra ses conclusions début mars, a précisé le ministre, Manohar Parrikar, lors du salon Aero India à Bangalore.

Il n'a toutefois pas précisé quand était prévue la décision finale sur le contrat qui pourrait valoir jusqu'à 20 milliards de dollars.

Le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier a dit à Reuters en janvier qu'il espérait toujours signer le contrat cette année.

Le Premier ministre indien Narendra Modi est attendu en France en avril.

Les discussions achoppent actuellement sur la question des garanties, selon plusieurs sources proches du dossier.

"Ce serait de la folie furieuse pour Dassault de garantir les appareils construits par HAL. la seule façon de progresser sur ce programme est de renoncer à cette idée stupide", estime Richard Aboulafia, consultant au sein du cabinet Teal Group.

Des médias indiens ont écrit que le contrat en lui-même pourrait être menacé. Le Business Standard l'a même déclaré "mort" en début de semaine, en raison du désaccord sur le prix total de l'utilisation du Rafale sur l'ensemble du cycle de vie de l'appareil.

Une source proche du dossier a toutefois que la signature lundi du premier contrat à l'export de l'histoire du Rafale avec la vente de 24 avions à l'Egypte pourrait "débloquer trois ou quatre autres contrats", y compris celui de l'Inde.

Selon cette source, les discussions sur la vente de 36 Rafale au Qatar sont parvenues à un "stade final" et la France discute aussi directement avec la Malaisie pour la vente de 16 Rafale, qui fait figure de favori. (Siva Govindasamy et Sagarika Jaisinghani, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Cyril Altmeyer)