LEAD 1-La Grèce n'acceptera pas de compromis avec la zone euro-Tsipras

mardi 17 février 2015 16h46
 

ATHENES, 17 février (Reuters) - Le gouvernement grec n'entend pas sacrifier les promesses électorales du parti Syriza sur l'autel d'un accord avec la zone euro et ne veut pas céder au chantage de ses partenaires de la zone euro, a déclaré mardi le Premier ministre grec Alexis Tsipras.

Si la Grèce oeuvre à la mise au point d'un accord, elle n'est pas disposée pour autant à faire de compromis, a-t-il dit.

"Une certaine coutume voudrait que les gouvernements nouvellement élus prennent des mesures en contradiction avec leurs promesses électorales. Je le dis une nouvelle fois, nous comptons bel et bien honorer nos promesses de changement", a-t-il déclaré, particulièrement combatif, devant les députés du groupe parlementaire de son parti Syriza (gauche anti-austérité).

La réunion des ministres des Finances de la zone euro a pris fin sans accord lundi soir à Bruxelles, la Grèce rejetant une proposition consistant à maintenir le programme d'aide actuel pour encore six mois, alors qu'il doit expirer fin février.

Pour le Premier ministre grec, ce sont les dirigeants politiques européens, plutôt que les technocrates, qui finiront par trouver une solution, aux négociations en cours entre Athènes et ses partenaires de la zone euro.

Alexis Tsipras a estimé d'autre part qu'on ne pouvait plus traiter la Grèce comme une colonie ou un Etat paria, et il a accusé le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, d'avoir "perdu son calme" lors de la réunion de l'eurogroupe lundi, et d'avoir eu des mots offensants pour la Grèce. (Karolina Tagaris; Eric Faye pour le service français)